Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le regard d'une mère de famille landaise sur les pensions alimentaires

-
Par , France Bleu Gascogne

Le gouvernement a présenté ce jeudi matin un nouveau "service public" pour le versement des pensions alimentaires. A partir de juin 2020, la CAF (caisse d'allocation familiale) aura un rôle d'intermédiaire et elle aura le pouvoir de prélever l'argent au parent qui ne paye pas.

En France,  1 millions de familles ont droit à une pension alimentaire. Parmi elles, 30 % sont victimes d'impayés
En France, 1 millions de familles ont droit à une pension alimentaire. Parmi elles, 30 % sont victimes d'impayés © Radio France - Marcellin Robine

Stop aux pensions alimentaires impayés. Le gouvernement a présenté ce jeudi le "nouveau service public" des pensions alimentaires. 

En France, on estime à 1 millions de familles qui touchent une pension, parmi elles, 30 % sont victimes d'impayés. Avec ce nouveau système, la CAF (caisse d'allocation familiale) sera l'intermédiaire entre les deux parents. Elle sera autorisée à prélever sur le compte du parent qui refuse de la verser. À partir de juin 2020, tous les parents qui divorcent ou se séparent peuvent demander au juge que la pension alimentaire soit versée par ce service de la CAF. Cependant, ce ne sera pas automatique. 

Une landaise n'a pas reçu de pension alimentaire pendant quinze ans

Cette situation est arrivée à Désirée Piccot, une habitante de l'agglomération de Mont-de-Marsan. Son premier conjoint est parti quand leur fils avait 2 ans, il devait payer une pension alimentaire et il ne l'a pas fait pendant quinze ans : _"_On se retrouve seul, à se poser la question, comment je vais faire pour donner à manger à mon enfant ? (...) Psychologiquement, c'est pas évident". 

Pour elle, le souci c'est surtout que le conjoint voit dans la pension alimentaire, le fait de donner de l'argent à une personne avec qui il est en conflit : "Quand il y a des séparations, il y a souvent le conflit au premier plan. Parce que la pension alimentaire versée c'est pour les enfants, ça ne veut pas dire que je donne de l'argent à mon ex-conjoint".

Désirée pointe aussi du doigt la perversité du système. Elle le vit en ce moment avec le père de sa petite fille de 2 ans. Elle a porté plainte contre lui en mai dernier parce qu'il n'avait pas payé la pension alimentaire pendant 3 mois, en début d'année : " _On peut déposer une plainte seulement au bout de trois mois d'impayés_, alors si le parent qui ne veut pas payer, paye au bout de trois mois, on ne peut rien faire. Heureusement, dans mon cas, j'ai pu porter plainte même si pour le moment, je n'ai pas de nouvelles".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu