Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

5 millions d'euros pour un réseau d'eau ultra-moderne dans le Saintois

vendredi 10 août 2018 à 18:15 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Une bonne nouvelle si vous habitez dans le Saintois : votre eau sera bientôt de meilleure qualité ! Deux nouveaux puits et une usine de traitement flambant neuve vont être mis en service cet automne. L'objectif : améliorer la quantité et la qualité de l'eau qui sort de vos robinets.

La nouvelle usine sera capable de traiter les résidus phytosanitaires ou médicamenteux
La nouvelle usine sera capable de traiter les résidus phytosanitaires ou médicamenteux © Maxppp - Patrick Guyot

"On passe des années 60 aux années 2020", c'est ainsi que Bruno Favier, du Syndicat intercommunal des eaux de Pulligny résume ce projet à 5 millions d'euros. Deux puits supplémentaires seront bientôt opérationnels dans les nappes alluviales  (NDLR : nappes qui circulent dans les sédiments des rivières) de la Moselle, à Mangonville. Ils permettront d'augmenter la capacité du réseau de l'ordre de 1.000 m3 par jour

Une montée en puissance nécessaire pour alimenter au mieux les 47 communes et les 15.000 abonnés du syndicat. "Chaque année, on est en flux tendu et on tape dans les stocks, constate Bruno Favier. On a beau mettre en route nos installations de production au maximum, les niveaux d'eau des réservoirs descendent tout doucement et on surexploite". 

D'où quelques sueurs froides lors des pics de consommation : "Quand les gens décident de remplir leurs piscines le week-end, on est à 4500 - 5000 m3, or on ne sait faire que 4.000, résume t-il. On se retrouve régulièrement en alarme "niveau bas" et on met à peu près une semaine à rattraper cet épisode. Là on va regagner de la souplesse de production", estime le spécialiste.

La nouvelle usine de traitement à Laneuveville-devant-Bayon - Radio France
La nouvelle usine de traitement à Laneuveville-devant-Bayon © Radio France - Angeline Demuynck

"Une Ferrari"

Plus de risques de pénuries donc. Et une eau de meilleure qualité grâce à une usine dernier cri construite à Laneuveville-devant-Bayon. Elle prendra en compte de nombreux paramètres. " Fer, manganèse, turbidité, odeur, couleur, saveur, détaille Sylvain Zniber. On aura "une Ferrari" capable de faire face aux évolution à venir au niveau de la réglementation", conclut le maître d'oeuvre. Des évolutions que Bruno Favier a déjà en tête : "cela portera essentiellement sur les molécules phytosanitaires et les molécules médicamenteuses qu'on retrouve dans l'eau". La nouvelle usine est capable de les traiter. Elle devrait être mise en service cet automne. 

Le reportage d'Angeline Demuynck