Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le résistant et homme de presse Jean-Claude Servan-Schreiber est mort

mercredi 11 avril 2018 à 18:55 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Résistant, homme de presse et député gaulliste, Jean-Claude Servan-Schreiber, figure de la dynastie qui s'est illustrée dans la politique et le journalisme, est décédé mercredi à Paris, le jour de ses 100 ans, a annoncé sa famille.

Jean-Claude Servan-Schreiber est mort le 11 avril 2018 à Paris, à l'âge de 100 ans.
Jean-Claude Servan-Schreiber est mort le 11 avril 2018 à Paris, à l'âge de 100 ans. © Maxppp -

Son père, Robert, était le fondateur du journal Les Echos. Sa mère, Suzanne Crémieux, vice-présidente du Parti radical et sénatrice. Jean-Claude Servan-Schreiber est mort ce mercredi à Paris, 100 ans jour pour jour après sa naissance, a annoncé son fils, Pierre Servan-Schreiber, sur Twitter.

Patron de presse et député

Né le 11 avril 1918 à Paris, Jean-Claude Servan-Schreiber commença par embrasser une carrière militaire. Mais il est contraint de quitter l'armée durant la seconde guerre mondiale à cause de ses origines juives. Gaulliste, il rejoint l'Algérie et la France libre en 1941.

Après la guerre et un passage par Sciences-Po, il travailla auprès de son père, comme directeur commercial des Echos. Il participa ensuite au lancement de L'Express en 1953 au côté de son cousin Jean-Jacques Servan-Schreiber.

Après avoir dirigé les Echos durant cinq ans,  il présida la Régie française de publicité. Il fût aussi député UNR (Union pour la Nouvelle République) de la Seine de 1965 à 1967.

En 2010, il avait  publié ses "souvenirs" dans un livre intitulé "Tête haute". L'académicien et écrivain franco-russe, Andreï Makine, lui avait aussi consacré l'un de ses ouvrages en 2014 : "Le pays du lieutenant Schreiber".