Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le retour des menus de substitution dans les cantines de Beaucaire ?

-
Par , France Bleu Gard Lozère

En janvier 2018, le maire RN de Beaucaire (Gard) a supprimé les menus de substitution au porc dans les cantines de sa ville. Le rapporteur public a demandé ce mardi devant le tribunal administratif de Nîmes l'annulation de cette décision.

Julien Sanchez, le maire de Beaucaire
Julien Sanchez, le maire de Beaucaire © Maxppp -

Beaucaire, France

Le tribunal administratif de Nîmes se penchait ce mardi sur les recours déposés par quatre associations et le préfet du Gard après la décision prise par le maire Rassemblement national (ex-FN) de Beaucaire. En décembre 2017, Julien Sanchez avait annoncé par un simple encart dans le journal municipal que les repas de substitution au porc qualifiés "d'anti-républicains" seraient supprimés dans les cantines de la ville. Dès le mois de janvier 2018, il avait également imposé un menu avec du porc une fois par semaine. 

"On ne va pas commencer à faire du cas par cas, sinon ça devient du restau 3 étoiles."

Julien Sanchez, le maire RN de Beaucaire

Ce mardi, le rapporteur public a demandé devant le tribunal administratif l'annulation de cette décision. "Le maire a décidé seul, de manière isolée, sans tenir compte de la compétence du conseil municipal en la matière."

Même si cette décision n'a pas été jugée sur le fond, la position du rapporteur public satisfait Laure Cordelet, présidente de l'association Rassemblement citoyen de Beaucaire, l'une des associations qui avait attaqué cette décision devant la justice administrative.

"On espère, nous, que la décision sera aussi sur le fond. C'est l'interêt des enfants qui est en jeu."

Laure Cordelet de l'association Rassemblement citoyen de Beaucaire

Le tribunal, qui suit en général l'avis du rapporteur public a mis sa décision en délibéré, sans date fixe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu