Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le rhum bordelais renaît au salon Vinexpo

mercredi 21 juin 2017 à 4:40 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

Le rhum bordelais a existé et il renaît au salon Vinexpo à Bordeaux. Une histoire familiale car c'est la maison Peyrat, négociant de Cognac et donc le siège est à Bordeaux qui a décidé de relancer la marque Moko Rum fabriquée par ses ancêtres.

La maison Peyrat relance la marque Moko Rum
La maison Peyrat relance la marque Moko Rum © Radio France - Mélanie Juvé

Bordeaux, France

Connaissez-vous le rhum bordelais ? Il a existé et il se relance à Vinexpo, l'un des plus grands salons du vin au monde. Car Bordeaux était auparavant un grand port pour le transit du rhum. La marque Moko Rum est née en 1869 et a disparu dans les années 60 pour des raisons économiques et familiales. Ce sont les frère Lasserre qui l'ont crée en important du rhum des Antilles . La famille Peyrat, leurs descendants, ont eu l'idée de relancer la production des bouteilles.

Philippe et Clémence Peyrat - Radio France
Philippe et Clémence Peyrat © Radio France - Mélanie Juvé

"On a toujours gardé du côté de ma mère de vieilles bouteilles. D’où cette envie en revoyant les vieilles étiquettes, les publicités d'époque de relancer la marque, explique Clémence Peyrat, fille de Philippe Peyrat le propriétaire de la maison de négoce. Leur rhum est vieilli quelques années au Panama puis importé en France. Il est affiné ensuite dans des barriques utilisés pour le Cognac. "Ils sont réduits à 42 degrés. C'est un rhum de dégustation", ajoute Philippe Peyrat.

"Une Madeleine de Proust"

Clémence Peyrat a retravaillé l'images des bouteilles, mais en gardant des étiquettes esprit vintage. "On a une histoire, c'est important pour une marque ! Aujourd'hui en tant que consommatrice j'ai envie de redécouvrir des Madeleine de Proust, des produits d'antan." Elle qui est née à Bordeaux, espère avec le salon Vinexpo attirer les acheteurs professionnels bordelais puis les internationaux.