Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Le risque de dépendance aux écrans accru en raison du confinement

-
Par , France Bleu Touraine

Nos jeunes vont-ils être encore plus accros aux écrans pendant cette période de confinement ? C'est possible, confirme un neurologue tourangeau.

Il va falloir organiser le temps passé devant les écrans, conseille un neurologue tourangeau
Il va falloir organiser le temps passé devant les écrans, conseille un neurologue tourangeau © Maxppp - Frédéric Cirou / Maxppp

Le confinement ne va pas arranger un problème dont on parle beaucoup et qui concerne nos jeunes, enfants ou adolescents. Celui de la dépendance aux écrans. Entre l'enseignement à distance, qui ne peut se faire que via internet, et le temps de loisirs déjà passé sur un écran, les jeunes vont être encore plus soumis à ce risque qu'en temps normal.  

Il faut faire attention à la possibilité de décrocher un peu de temps en temps - Denis Saudeau, neurologue

Pas d'inquiétude à avoir quant à de quelconques conséquences neurologiques rassure Denis Saudeau, neurologue au CHRU de Tours. Mais il va falloir avoir des échanges clairs entre les parents et les enfants pour ne pas risquer d'avoir un temps trop important passé devant les écrans. "L'écran utilisé dans le cadre de l'enseignement est un un temps utile, qui va être constructif. Le temps des jeux et des balades sur internet, c'est formateur aussi, mais de manière peut-être moindre, même s'il en faut aussi pour se détendre, donc c'est tout ça qu'il va falloir organiser. En dehors du côté addiction possible aux écrans, et on sait bien que les écrans c'est très addictif, il n'y a pas de risque particulier à faire de l'enseignement par visioconférence auprès d'un professeur, ou aller rechercher des informations sur internet. Mais il faut faire attention à la possibilité de décrocher un peu de temps en temps". 

Il est possible que certains jeunes déclenchent des migraines par exemple. Mais les écrans n'en sont pas la cause selon Denis Saudeau, ils peuvent en revanche être le facteur déclenchant d'une pathologie déjà existante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu