Société

Le Salon de l'Agriculture ? Pas rentable pour les éleveurs catalans

Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon vendredi 21 février 2014 à 17:30

Vaches - cloches
Vaches - cloches © t.bouvier - Fotolia.com

Trop loin, trop cher, trop compliqué, le voyage à Paris n'est pas intéressant, car pas rentable pour les producteurs des Pyrénées-Orientales. Il n'y aura par exemple aucun éleveur catalan Porte de Versailles cette année.

Le Salon de l'Agriculture démarre ce samedi à Paris, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les agriculteurs des Pyrénées-Orientales ne se bousculent pas Porte de Versailles. Il y a bien quelques sociétés viticoles qui font le voyage, mais aucun viticulteur indépendant, aucun producteur de fruits et légumes, et aucun éleveur . Certains s'y rendent en visite, mais aucun n'expose.

Le plus compliqué, c'est pour les éleveurs : pour bien préparer une bête pour le concours général agricole, il faut minimum un an . Avec un suivi particulier, et des rendez-vous qualité tout au long de la préparation, pour peut-être être sélectionné. Puis au moment du Salon de l'Agriculture lui-même, il faut partir deux jours à l'avance, faire un long voyage en bétaillère, et surtout trouver quelqu'un pour remplacer à la ferme pendant l'absence.

Il y a de quoi rester sur la paille après avoir payé le Salon

Alors il y a le temps qu'on perd, mais aussi l'argent. Il faut compter 5.000 euros environ pour une dizaine de jours , entre le coût du stand, le transport, le foin pour les bêtes, la restauration, et surtout le logement pendant plusieurs jours. Il y a de quoi rester sur la paille...

Bref, le jeu n'en vaut pas la chandelle. Chez les éleveurs catalans, on considère que les Parisiens ne sont pas la clientèle prioritaire à séduire. On cible le local, car il y a déjà du travail dans le département pour apprendre ou rappeler aux Catalans qu'il y a des bons produits agricoles près de chez eux. Les éleveurs ont plutôt tendance à miser sur des opérations départementales grand public comme "La Ferme à Canet", ou surtout des salons professionnels dans le sud de la France : en Ariège beaucoup, mais aussi dans le Gers, la Haute-Garonne ou l'Aveyron.

Les éleveurs privilégient la clientèle locale

En ce qui concerne les producteurs de fruits et légumes, on zappe Paris car on sait que les visiteurs viennent d'abord caresser les bêtes, et se fichent de savoir qu'une pomme vient du Roussillon ou de Bourgogne. Pour les vins, ce sont plutôt des groupes, comme Terres de Templiers (Banyuls et Collioure) qui tentent l'aventure parisienne, pas vraiment des producteurs indépendants.

Il y a tout de même quelques produits catalans présents à Paris sous la bannière "Sud de France" portée par la région Languedoc-Roussillon. Certains participeront même au concours général agricole : la bière Cap d'Ona fabriquée à Argelès-sur-Mer ou les jus de fruits bio Els Barbats de Tresserre. Des produits catalans certes, mais quasiment pas de producteurs à Paris.

Antoine Baurès, président de la société d'élevage des Pyrénées-Orientales