Société

Le salon de l'agriculture a-t-il encore un réel intérêt pour les agriculteurs et les régions?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 20 février 2014 à 11:18

AGRICULTURE zones agricoles
AGRICULTURE zones agricoles © IDÉ

17 exposants alsaciens seront au salon de l'agriculture qui commence samedi à Paris. Cette année, c'est une vache tarine ou tarentaise, Bella, qui est la mascotte du salon.

Retrouvez l'interview en intégralité de Philippe Richert, président de la région

Retrouvez l'interview en intégralité de Denis Digel, de la FRSEA

Des centaines de milliers de visiteurs sont attendus à partir de samedi et pendant 9 jours au salon de l'agriculture. Un millier d'exposants seront présents, originaires de 22 pays, plus de 3.500 animaux, 16.400 vins et 4.600 produits.

Les nouvelles technologies et l'agriculture urbaine sont les deux thèmes de ce 51e salon. "On voulait sortir de l'image d'Épinal de l'agriculteur car ce n'est pas ça l'agriculture compétitive" , martèle Jean-Luc Poulain, président de l'événement. L'agriculture compétitive ce sont selon lui les drones dans les champs qui aident à la gestion des parcelles, des machines agricoles ultra sophistiquée ou des robots pour nourrir ou traire les vaches.

Un kit "Fais ta tarte flambée toi-même"

17 exposants seront réunis au sein du village Alsace. Chaque jour des animations sur la choucroute et les vins seront proposées. La ferme Adam de Wahlenheim, spécialisée dans les produits issus de leur élevage laitier, fera aussi découvrir le kit "Fais ta tarte flambée toi-même".

"C'est un événement pour l'Alsace tout entière" , explique Philippe Richert, président de la région. "L'agriculture fait partie de l'image de l'Alsace avec ses productions spécialisées comme le vin, la bière ou la choucroute par exemple. On montre ici les traditions alsaciennes, avec derrière une valorisation de l'image."

"Les répercussions sont immenses"

Même son de cloche à la FRSEA, Fédération Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricoles. "Les répercussions sont immenses" , explique le président de la section fruits et légumes, Denis Digel. "Ca permet de montrer le lien entre le consommateur et l'agriculteur, on reprend notre place. Le rôle social de l'agricultuer en 2014, c'est de bien nourir les gens et on est fier de montrer notre savoir-faire."

Partager sur :