Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le sauvetage d'une cinquantaine d'animaux par la fondation Brigitte Bardot à Averton

mercredi 14 février 2018 à 18:10 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

L'opération était d'envergure, mais elle s'est déroulée dans le calme. La Fondation Brigitte Bardot est intervenue à Averton ce mercredi pour récupérer des équidés, des canards, des moutons, des oies, et une chèvre sur le terrain de particuliers.

Quatre membres de la fondation Brigitte Bardot sont intervenues à Averton
Quatre membres de la fondation Brigitte Bardot sont intervenues à Averton © Radio France - Martin Cotta

Averton, France

La Fondation Brigitte Bardot est intervenue mercredi à Averton, commune du nord de la Mayenne, pour récupérer 5 équidés (chevaux et poneys), une trentaine de canards, huit moutons, des oies, une chèvre sur le terrain de particuliers. Opération menée avec la DDSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations). Des animaux "détenus dans des conditions non-respectueuses des règles de protections animale" d'après la Fondation. Certaines bêtes étaient très amaigries.

Sauvetage dans le calme

À l'entrée du champ, deux fourgons bleus de la Fondation Brigitte Bardot sont garés. Les animaux emmenés à l'intérieur. L'opération se déroule dans le calme car les propriétaires ne sont pas là. D'habitude lorsque la fondation s'invite chez des particuliers, Audrey une responsable des soins vétérinaires a l'habitude de voir les gendarmes et se confronte parfois à l’énervement des propriétaires. Ici ce n'est pas le cas. 

"En général ils n'apprécient pas le fait qu'on leur retire leurs animaux. Les gendarmes sont là pour nous protéger et pour qu'une opération se passe dans le calme. C'est important pour les animaux"

Depuis plusieurs mois, les poneys, les oies et leurs petits camarades vivaient sur ce terrain, pas très grand avec surtout très peu d'abris. Les services vétérinaires de la DDSPP ont été alertés il y a plusieurs semaines. C'est donc l'État qui mandate la Fondation pour intervenir la plupart du temps. À Averton les propriétaires des animaux ont été prévenus plusieurs fois par les services vétérinaires qu'il fallait mieux s'en occuper. 

Les animaux ont été placés dans un refuge près d'Évreux.

"Ils n"apprécient pas spécialement notre arrivée"