Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Secours catholique recherche des bénévoles autour de Pau pour aider les aidants

-
Par , France Bleu Béarn

Le Secours catholique recherche, en périphérie de Pau, des bénévoles pour passer du temps auprès de personnes lourdement dépendantes et permettre à leurs proches de souffler quelques heures.

1 500 aidants passent plus de 50 heures par semaine auprès de leurs proches dépendants.
1 500 aidants passent plus de 50 heures par semaine auprès de leurs proches dépendants. © Maxppp - Pierre HECKLER

Pau, France

"Les aidants sont très isolés. Ils passent en moyenne 50 heures par semaine à s'occuper de leurs proches lourdement dépendants". Pour leur accorder un moment à eux dans la journée, le Secours catholique a mis en place le "bénévolat de répit" : une dizaine de bénévoles se rendent au domicile de la personne malade et remplacent l'aidant pendant quelques heures. 

"Ils y restent environ 3 heures. Cela laisse le temps à l'aidant d'aller faire des courses, se reposer, prendre des rendez-vous médicaux... Parfois ils restent sur place pour s'occuper de la maison, chose qu'ils n'ont pas le temps de faire d'habitude" explique le médecin.

En trois ans, trente-six dispositifs ont été mis en place. Mais en dehors de la ville de Pau les bénévoles manquent. D'après le responsable, le Secours catholique a "reçu des demandes à Sauvagnon, Uzein, Artiguelouve, Lescar, Soumoulou..."

En France, on compte environ 8 millions d'aidants. S'occuper au quotidien d'une personne dépendante demande beaucoup de temps, et c'est aussi très lourd psychologiquement. "La moitié d'entre eux s'occupent de leur conjoint Alzheimer, c'est très difficile, regrette Georges Lanusse Cazalé. D'autres ont des enfants lourdement handicapés et doivent être présents nuit et jour." 

Nous remarquons quand nous les rencontrons qu'ils ont besoin d'extérioriser : ils passent parfois jusqu'à une heure à discuter avec le bénévole, lui parler de leurs difficultés quotidiennes.

Les bénévoles, aussi, sont reçus par un psychologue une fois par mois. Avant de commencer leur mission, ils passent un entretien avec l'équipe du Secours catholique, "pour s'assurer qu'ils ont l'empathie, la discrétion, l'humilité et la stabilité personnelle nécessaires pour se confronter à ces situations difficiles". 

Si vous souhaitez devenir bénévole, appelez le Secours catholique de Pau au 05 59 13 00 80. 

Choix de la station

France Bleu