Société

Le Secours Catholique se bat contre la pauvreté et les clichés qui l'entourent

Par France Bleu Limousin, France Bleu Limousin mercredi 15 novembre 2017 à 11:02

Le délégué du Secours Catholique en Limousin, Luc Piochon, invité de France Bleu Limousin.
Le délégué du Secours Catholique en Limousin, Luc Piochon, invité de France Bleu Limousin. © Radio France - Nathalie Col

Plus de 7.600 foyers se sont tournés vers le Secours Catholique l'an dernier en Limousin. Des personnes âgées en milieu rural, mais aussi de plus en plus d'enfants en situation précaire, les précisions de Luc Piochon, délégué du Secours catholique en Limousin.

Combien de personnes sont aidées par le Secours Catholique en Limousin ?

On compte à peu près 7.600 situations rencontrées, soit 7.600 foyers. On n'a pas de chiffre plus précis puisque foyer représente une à six personnes. On est essentiellement sollicités pour des aides à la mobilité. Dans un territoire marqué par la ruralité, l'accès à l'emploi passe par la mobilité. Or, on sait très bien que cela coûte très cher : le moindre grain de sable dans l'organisation, la moindre facture pour réparer la voiture, devient un problème pour aller au travail.

Au niveau national, le Secours Catholique accueille désormais plus d'enfants que d'adultes. Est-ce également le cas en Limousin ?

Oui, c'est aussi le cas chez nous. Le compte est vite fait : dans une situation rencontrée où il y aurait un ou deux adultes et trois ou quatre enfants, les enfants se retrouvent majoritaires.

Le problème, c'est qu'on a tendance à s'habituer à ces chiffres et que les clichés ont la vie dure. Les préjugés auraient tendance à augmenter ?

Ils augmentent et ils se durcissent. Nos bénéficiaires entendent par exemple trop souvent que s'ils sont au chômage c'est parce qu'ils ne font pas assez d'efforts pour retrouver du travail. Mais certains sont au chômage depuis tellement longtemps que l'image qu'ils ont d'eux-même est désastreuse. À tel point, qu'ils ne se sentent parfois plus pas capable de trouver un emploi. Ils doutent de toutes leurs capacités. Et comme la société leur renvoie cette image-là, et que les préjugés sont très ancrés, ils finissent par y croire. Il y aussi des préjugés sur la pauvreté : il serait très difficile de travailler avec tous ces assistés. Mais de qui parlons-nous ? Non, il n'y a pas de profiteurs. Les gens sont dans une situation catastrophique. Ils font beaucoup d'efforts pour pousser nos portes et viennent essentiellement à la recherche d'écoute. La pauvreté les isole énormément à cause de tous ces clichés.

Contre ces préjugés, le Secours Catholique essaie de faire une mise au point. Au niveau national, près de 40% des personnes qui ont droit à des aides n'en font pas la demande ?

Oui parce qu'ils veulent s'en sortir sans. Ils veulent y arriver. C'est le cas ici aussi. Et puis les aides sont de plus en plus difficiles à obtenir techniquement. Les dossiers sont compliqués à remplir, c'est un parcours du combattant, il faut souvent avoir accès à internet. Et souvent, les personnes les plus précaires et éloignées de l'emploi ont souvent du mal à s'y retrouver dans les méandres administratives. Avec le Secours Catholique, nous proposons des points d'accès internet. À Brive, il y a même des cours de lutte contre l'illélectronisme !

Régulièrement, vous amenez aussi des personnes en vacances ?

Ça a un impact très important pour lutter contre cette désocialisation que l'on voit dans nos régions. Un autre préjugé ce serait qu'on part en vacances quand on a travaillé et que donc on n'a pas besoin de vacances quand on est au chômage... C'est entièrement faux ! Ce qui est efficace pour relever une personne et qu'elle se remette à marcher, c'est de lui redonner confiance en elle. Cela passe aussi par la nécessité de prendre du recul. On a des exemples de personnes qui, après le séjour qu'on leur a proposé, se sont redressées, ont commencé à reprendre soin d'elles et à retourner dans une logique d'emploi en suivant des formations et décrochant des contrats.

Écouter l'interview de Luc Piochon, invité de France Bleu Limousin.

Le rapport annuel du Secours Catholique sur la pauvreté en France.