Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Secours populaire de la Loire confronté à une hausse des demandes avec la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans la Loire, le Secours populaire a vu arriver 10% de nouveaux bénéficiaires pendant le confinement et la crise sanitaire continue de peser sur l'association de lutte contre la pauvreté.

Une enseigne du Secours populaire
Une enseigne du Secours populaire © Radio France - Victor Vasseur

Dominique Roche est de nature optimiste, alors la secrétaire générale du Secours populaire dans la Loire préfère espérer "que l'économie va repartir pour permettre aux jeunes, aux intérimaires et aux personnes qui travaillent à domicile aussi de pouvoir reprendre un travail correct" plutôt que de décrire un tableau trop noir. Mais elle reconnaît que la situation est inquiétante, à cause de la crise sanitaire. "Elle se ressent et elle va se ressentir encore plus avec l'hiver qui va arriver... on va avoir les intérimaires qui ne sont pas prioritaires sur l'emploi parce que le travail ne reprend pas à fond", poursuit Dominique Roche.

Comme le montre le baromètre annuel du Secours populaire sur la pauvreté, un Français sur trois a vus ses revenus diminuer avec la crise sanitaire. Il y a 45% de nouveaux bénéficiaires pendant le confinement, à Saint-Étienne la proportion est de 10%.

De plus en plus d'étudiants bénéficiaires

Face à ces demandes plus nombreuses, surtout pour l'aide alimentaire, il y a de l'inquiétude dans les rangs du Secours populaire donc, mais aussi une certaine frustration. "C'est difficile aussi parce qu'on doit appliquer les gestes barrière, _on peut recevoir le public mais seulement sur rendez-vous et les plages de rendez-vous sont limitées_", regrette la secrétaire générale du Secours populaire dans la Loire. Dominique Roche explique que 56 familles sont reçues lors de la permanence d'accueil et ensuite redirigées vers l'aide alimentaire. 

Des familles mais aussi de plus en plus d'étudiants. D'ailleurs, le Secours populaire de la Loire a choisi de présenter son enquête annuelle sur le campus Tréfilerie ce jeudi.  "Ça fait à peu près cinq ans qu'on voit arriver ce public et ça fait deux ans qu'on a créé une antenne à la fac ; on s'aperçoit que, de plus en plus, de jeunes étudiants viennent nous rencontrer pour les fournitures scolaires, le linge de maison, les bouquins, de la vaisselle, et ça monte en puissance", indique Dominique Roche. Ce service de fournitures et équipement lancé par le Secours populaire est complémentaire de l'aide alimentaire apportée par la FASEE (Fédération des associations de Saint-Étienne étudiantes) avec son épicerie solidaire, l'Agoraé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess