Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Secours populaire fait revivre la tradition de la part du pauvre pour l'Épiphanie

dimanche 7 janvier 2018 à 6:08 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Paris

C'est la société fabricante de fèves Panessiel qui en a eu l'initiative il y a trois ans : la "galette solidaire". Une opération en partenariat avec le Secours populaire où pour chaque galette des rois vendue, le boulanger reverse entre cinquante centimes et un euro à l'association.

A Rueil-Malmaison, la boulangerie Au pain du Cardinal participe à l'opération "galette solidaire" depuis deux ans
A Rueil-Malmaison, la boulangerie Au pain du Cardinal participe à l'opération "galette solidaire" depuis deux ans © Radio France - CGN

Rueil-Malmaison, France

L'idée est née du fabriquant de fèves Panessiel et a immédiatement séduit le Secours populaire français : l'opération "galette solidaire". Pendant tout le mois de janvier, les boulangers participants reversent entre cinquante centimes et un euro par gâteau vendu à l'association. Une action qui  rencontre de plus en plus de succès, avec cette année plus de 80 participants dans toute la France. 

Cette année, ma galette aura le goût de la solidarité. En la mangeant, j'aurai fait une bonne action. C'est génial de se faire plaisir en faisant plaisir aux autres ! "- Franz, client

Parmi eux, la boulangerie Au Pain du Cardinal, à Rueil-Malmaison. Son gérant, Olivier Guillaumé, participe pour la seconde fois à l'opération, "une évidence" et un moyen de "faire revivre la tradition de la part du pauvre".

C'est justement ce à quoi aspirait la société Panessiel lorsqu'elle a initié le mouvement il y a trois ans. 

La tradition de la part du pauvre s'est perdue. Il fallait la remettre au cœur de l’Épiphanie, et on espère avoir toujours plus de participants dans les années à venir." - Jean-Michel Rojat, gérant de Panessiel. 

L'année dernière, le comité du Secours populaire de Rueil-Malmaison a récolté 500 euros grâce à l'opération. L'association peut espérer davantage cette année, avec plus de 80 boulangeries participantes dans toute la France.