Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grâce au Secours populaire de la Gironde, des vacances à la mer pour un petit Francilien

-
Par , France Bleu Gironde

Les "familles de vacances", ces sortes de familles d'accueil bénévoles reçoivent chaque été chez eux des enfants qui n'ont pas la chance de partir en vacances autrement. Douze foyers girondins jouent le jeu cette année : trop peu, regrette l'association.

Moussa (à droite) vient en vacances pour la deuxième année de suite chez Christine Guais et son petit-fils.
Moussa (à droite) vient en vacances pour la deuxième année de suite chez Christine Guais et son petit-fils. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Grayan-et-l'Hôpital, France

Le Secours populaire recherche des "familles de vacances" en Gironde. Ce sont des sortes de familles d'accueil, bénévoles, qui reçoivent des enfants chez elles pour quelques jours ou quelques semaines. Ces enfants n'ont pas la chance de partir en vacances autrement. Selon l'association, un enfant sur trois en France est privé de vacances. Chaque année, ce dispositif permet à un millier d'enfants de découvrir de nouveaux horizons en France.

En Gironde, il y a cet été douze "familles de vacances", qui accueillent quatorze enfants, venus du département ou de la région Île-de-France. Parmi elles, Christine Guais, jeune retraitée de 65 ans. Elle habite à Grayan-et-l'hôpital, dans le Médoc, près de Soulac-sur-mer. Pour le deuxième été de suite, elle accueille Moussa, 9 ans, qui habite à Fleury-Mérogis.

"Je suis allé à la mer pour la première fois"

"C'est super les vacances ici : je suis allé à la mer pour la première fois, j'ai fait un peu de surf, on est allé voir des concerts..." sourit Moussa. "Cela se passe bien, on a fait des pique-nique au bord de l'eau, je lui ai aussi fait découvrir la bibliothèque, il a emprunté des livres, poursuit Christine Guais. J'ai une grande maison au bord de l'eau, je souhaitais en faire profiter un enfant. C'est entièrement bénévole, je prends tout en charge. Je fais avec Moussa comme je fais avec mon petit-fils."

Moussa, 9 ans, en vacances chez Christine à Grayan-et-L'Hôpital

De belles rencontres

"Ce sont souvent des enfants en difficulté matérielle ou affective, donc qu'ils aient un ancrage affectif comme cela dans ces familles c'est une vraie réussite" se réjouit Martine Ribier, bénévole au Secours populaire. Parfois ces rencontres d'un été permettent de créer des liens très forts : "Je me souviens d'une famille qui a accueilli pendant plusieurs étés le même enfant. Aujourd'hui, il a une vingtaine d'années et continue à aller les voir, il se considère vraiment comme un enfant de la famille !"

Elle regrette simplement que plus de familles ne se lancent pas dans l'aventure : "Devenir "famille de vacances" du Secours populaire n'est pas compliqué. Il suffit de remplir un dossier, de fournir quelques documents administratifs (par exemple la photocopie de la carte d'identité, un extrait de casier judiciaire vierge). Ce qu'on demande surtout, c'est l'envie de partage."

Ensuite les bénévoles de l'association viennent faire une visite chez vous pour vérifier que le lieu permet bien d'accueillir un enfant. Vous pouvez également indiquer si vous préférez accueillir un garçon ou une fille et son âge. Avant la rencontre physique, la famille peut échanger avec le jeune par téléphone ou par mail. Vous pouvez candidater pour accueillir des enfants pour les prochains étés, pour cette année, les besoins du Secours populaire de la Gironde sont comblés.

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Gironde