Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : le secrétaire d'État aux transports relance l'idée d'une déviation routière à l'est de Périgueux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

Jean-Baptiste Djebbari avait mandaté les préfets de Dordogne et du Lot-et-Garonne ce jeudi, pour annoncer aux élus de Dordogne la relance du projet d'un contournement routier de Périgueux, pour les véhicules en transit entre Limoges et Bergerac via la Nationale-21

Un nouveau tracé doit être dessiné sur l'axe Limoges-Bergerac
Un nouveau tracé doit être dessiné sur l'axe Limoges-Bergerac - Google Map/Oanna Favennec

C'était un projet enterré depuis six ans, après une levée de boucliers des riverains et la suppression des crédits de l'État. Mais le secrétaire d'État aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a fait annoncer ce jeudi matin qu'il souhaitait relancer le projet du contournement routier de l'est de Périgueux. Ce sont les préfets de Dordogne et du Lot-et-Garonne qui l'ont expliqué aux députés Michel Lauzzana et Jean-Pierre Cubertafon, au président du Conseil départemental Germinal Peiro et à son vice-président en charge des routes Jacques Auzou (qui est également président du Grand Périgueux). 

Un nouveau tracé 

Pour le moment, il ne s'agit que de refaire une étude de tracé, mais le député périgourdin Jean-Pierre Cubertafon se réjouit "le ministère a bien compris la nécessité de ce contournement pour éviter le trafic des véhicules dans l'agglomération". Avant que le projet ne tombe dans l'oubli, trois tracés (avec des variantes) avaient été imaginés pour dévier les 38.000 véhicules qui passent chaque jour par Trélissac et Boulazac, mais pour Jean-Pierre Cubertafon "on se dirige vers une variante peut-être plus éloignée du centre"

Un projet estimé à 70 millions d'euros

Le principe d'une telle déviation reste le même : dévier le trafic de transit qui vient de Limoges au nord, pour l'acheminer à la bretelle de l'autoroute-A-89 à St-Laurent-sur-Manoire.  Pour le moment, seul le financement de l'étude (environ 1,5 million d'euro) est assuré par le plan État-Région ; la construction d'une telle déviation était estimée autour de 70 millions d'euros quand le projet a été enterré en 2014.

Le député Jean-Pierre Cubertafon

Pour Jean-Pierre Cubertafon, le choix du tracé ne pourra se faire qu'après les élections municipales, mais il est vraisemblable que les opposants seront les mêmes. Dans le secteur, six communes ont fusionné pour créer la Bassillac-et-Auberoche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess