Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le service militaire et la légalisation du cannabis au menu du grand débat à la mission locale de Chinon

lundi 11 février 2019 à 18:00 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Une réunion a été organisée dans le cadre du Grand Débat National à la mission locale de Chinon, lundi 11 février. 12 jeunes qui sont actuellement en situation de précarité et qui n'ont ni emploi, ni formation ont pu échanger entre eux puis avec la députée Fabienne Colboc.

Les 12 participants à ce grand débat bénéficient actuellement du dispositif "garantie-jeunes", destiné aux 16-25 ans en situation précaire
Les 12 participants à ce grand débat bénéficient actuellement du dispositif "garantie-jeunes", destiné aux 16-25 ans en situation précaire - ©Capture d'écran site internet de la mission locale du Chinonais

Indre-et-Loire, France

On le constate dans toute la France : Les réunions publiques dans le cadre du Grand Débat National affichent souvent complet, mais les gens de moins de 50 ans n'y participent pratiquement pas. Pour savoir ce que les jeunes ont à dire, il faut donc organiser des débats dans des lieux qu'ils fréquentent. Exemple, ce lundi matin, à la mission locale de Chinon où un débat a été organisé entre 10 hommes et 2 filles qui sont actuellement à la recherche d'un emploi ou d'une formation. Des jeunes âgés de 17 à 22 ans, dans une situation difficile, qui ont abordé des thèmes parfois surprenants.

Unanimité pour le service militaire et unanimité contre les 80 kilomètres-heure

Qui aurait pu imaginer, par exemple, que le premier sujet qu'ils choisissent d'évoquer soit le retour du service militaire? Un retour unanimement souhaité par les 12 jeunes présents, dont Mathilde, 18 ans, de Chouzay-sur-Loire.

Ce serait bien de remettre le service militaire : les règles et l'environnement qu'il y a là-bas pourraient recadrer certains jeunes et les aider à revoir les règles de vie avec les autres gens. Et ça peut aussi ouvrir des portes, donner envie de travailler dans l'armée, peut-être" Mathilde 18 ans

Les 80 kilomètres-heures font aussi l'unanimité, mais contre eux. On sent d'ailleurs que la mobilité est un vrai problème pour beaucoup de ces jeunes qui habitent, pour la plupart, à une dizaine de kilomètres de Chinon, mais qui regrettent qu'il n'y ait pas plus de bus. Autre sujet : la légalisation du cannabis : "ça créerait des emplois, et ce n'est pas pire que l'alcool" explique un des participants

Un autre propose la prise en compte du vote blanc : "et si il y a plus de votes blancs que de votes pour celui qui est élu, on recommence avec d'autres candidats". Enfin, comme dans tous les débats, le pouvoir d'achat est une question centrale pour ces jeunes souvent issus de milieu défavorisés, comme David, 22 ans, de l'île Bouchard : "Je vois mon père qui galère tous les mois avec les factures. A la fin du mois, il ne reste pas grand chose".   

"Vous êtes trop payée" "Je suis payée combien?" "Je ne sais pas : 14 000 euros?"."Non, 5 000". Dialogue entre la députée et un des jeunes

Retardée par la visite du premier ministre à Avoine, la députée de la quatrième circonscription arrive avec plus d'une heure de retard. Fabienne Colboc répond aux questions des jeunes sur son salaire, son action. La députée rappelle aussi que les impôts financent la santé, la justice, l'éducation...et aussi la formation que suivent en ce moment les 12 jeunes. Le dialogue reste courtois avec la majorité, mais on sent bien qu'avec 2 ou 3 participants, c'est un dialogue de sourds. L'un d'entre eux résume son sentiment : "Quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, on subit le système".