Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Le seul refuge équin de l’Yonne se trouve à Saint-André-en-Terre-Plaine

jeudi 28 septembre 2017 à 5:50 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Trois générations de femmes ont créé ce refuge pour chevaux en décembre 2012. Dans la famille Marge, la grand-mère, la mère et la fille se dévouent depuis des années pour accueillir, soigner et faire adopter les chevaux qui leur sont confiés. Et en ce moment le refuge est complet avec 85 chevaux.

Le cheval Rikiki entre Marine Marge (à gauche) et sa maman Marie Marge (à droite), cofondatrices du refuge équin
Le cheval Rikiki entre Marine Marge (à gauche) et sa maman Marie Marge (à droite), cofondatrices du refuge équin © Radio France - Isabelle Rose

Saint-André-en-Terre-Plaine, France

Dans chaque pré, Marie Marge, la présidente du refuge, connait le nom de chacun de ses pensionnaires et son histoire comme Rikiki, un cheval confié au refuge lorsqu’il avait quelques mois, très chétif à l’époque et qui aujourd’hui affiche un poil brillant et de belles courbes.

Des chevaux placés au refuge par décision de justice

Des chevaux placés au refuge sur décision de justice explique Marine, la fille de Marie, dont le rôle consiste justement à préparer les arrivées et les adoptions des chevaux. Quand une personne nous signale un cas de cheval en difficulté dans un pré ou chez un propriétaire, nous prenons contact avec ce dernier. Nous nous rendons sur place pour constater de visu la gravité ou non de la situation. Si nous estimons que le cheval est en danger potentiel, nous essayons de rencontrer le propriétaire pour savoir s’il existe un problème particulier, pécunier ou autre qui explique la situation. Ensuite on essaie d’accompagner de manière pédagogique la personne en détresse avec son cheval. Et après, s’il y a une non conscience de la maltraitance ou refus de changer les choses, dans ce cas, nous prenons contact avec les forces de l’ordre qui s’il y a lieu saisissent la justice. C’est cette dernière qui décide des actions à engager et du placement éventuel des chevaux au refuge.

Des chevaux qui viennent de toute la France souligne Marie, après des saisies, des actes de maltraitance, des problèmes de santé des propriétaires ou des abandons.

Du temps et beaucoup d’amour sont nécessaires pour faire oublier les traumatismes

Dès leur arrivée, Marine prend en charge les nouveaux pensionnaires. Souvent ces chevaux sont traumatisés, ont peur de l’homme ou après des mauvais traitements demande une grande remise en confiance. Cela passe par beaucoup de temps et d’amour mais c’est ça qui m’intéresse souligne dans un sourire la jeune femme.

Et de l’amour ces trois générations de femmes en ont à revendre.

La grand-mère, Jacqueline continue de s’occuper des plus jeunes malgré ses 90 ans. C’est moi qui biberonne, confie-t-elle, quand des poulains et pouliches arrivent et ne sont pas sevrés, je prépare et leur donne le biberon chaque jour et je les appelle mes bébés. Une relation extraordinaire se noue alors et quelques années plus tard, lorsqu’ils sont devenus adultes, si je vais les voir au pré, et appelle « mes bébés mes bébés » tous arrivent au galop.

Jacqueline Marge, la grand-mère donne le biberon aux plus jeunes poulains - Aucun(e)
Jacqueline Marge, la grand-mère donne le biberon aux plus jeunes poulains - Refuge de terre plaine

Tous ces chevaux coulent aujourd’hui des jours heureux dans les près du refuge. Plus de 90 hectares dans un rayon de vingt kilomètres autour de Saint-André-en-terre-plaine.

Deux salariés et un apprenti épaulent les trois femmes pour les soins quotidiens et la surveillance des pâturages.

L’objectif du refuge est de trouver une famille d'adoption pour le maximum de chevaux mais cela prend du temps.

Il faut trouver la bonne famille d’accueil en fonction de l’âge, des compétences et du caractère du cheval. Vérifier que l’adoption est bien réfléchie et pérenne, que les infrastructures d’accueil du cheval sont suffisantes avec au minimum un hectare de pré pour un cheval. Ensuite le refuge assure un suivi du cheval après son adoption pour vérifier que tout se passe normalement. Du coup, seulement une dizaine de chevaux sont placés chaque année explique Marine Marge.

le refuge équin offre une nouvelle vie à des chevaux en détresse

Avec aujourd’hui 85 chevaux, le refuge est au maximum de sa capacité d’accueil, quelques hectares supplémentaires seraient donc les bienvenus lance Marie Marge : « Nous sommes à la recherche de location de près avec ou sans abri et même de bâtiments pour stocker la paille et le foin. Toute aide est la bienvenue. Le refuge équin de Terre Plaine et aussi à la recherche de bénévoles, de dons de foin, paille ou granulés.

contact Marie Marge 06 80 60 27 05 ou par mail retp89@gmail.com ou facebook

Creative Comons Babsy - Aucun(e)
Creative Comons Babsy -