Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le sinagot de l'île aux Moines remet les voiles pour montrer qu'il est vivant

Par

Le sinagot de l'île aux Moines, le Crialeïs, continue de sortir cet été mais son accès est réservé aux navigateurs habituels ou aux habitants de l'île. Mais l'association du bateau veut montrer qu'il existe encore. Sans les dons et adhésions à l'association, le Crialeïs ne pourrait pas survivre.

A gauche, le Crialeïs, fête ses trente ans cette année A gauche, le Crialeïs, fête ses trente ans cette année
A gauche, le Crialeïs, fête ses trente ans cette année - Louis Marie Tattevin

Le sinagot de l'île aux Moines a fêté ses trente ans seul cette année. Les festivités et les sorties en mer ont toutes été annulées depuis le confinement. Seuls les habitants de l'île ou les navigateurs du bateau sont autorisés à bord du Crialeïs depuis le déconfinement. 

Publicité
Logo France Bleu

Impossible de sortir en mer avec les touristes cet été, trop risqué et impossible à mettre en place avec les gestes barrières à bord, "il faudrait s'assurer que les gens aient pris leur température, ils devraient venir avec toute leur vaisselle et boissons, un masque, respecter les distanciations et sur un bateau c'est très compliqué__, déplore Gilles Cohen, président de l'association Pour un Sinago Ilois. Et derrière quand ils quittent le bateau, il faudrait tout désinfecter."

Seuls les habitants de l'îles aux Moines ou les navigateurs de l'association Pour un sinagot Ilois © Radio France - Diane Sprimont

Pas de public, pas de rentrées d'argent 

Depuis le déconfinement, le navire est sorti trois fois alors qu'habituellement il navigue trois à quatre fois par semaine avec des touristes. Pour monter à bord, il faut payer l'adhésion à l'association de 25 euros. "En sachant qu'on pet embarquer jusqu'à douze personnes, je pense que nous allons perdre trois à quatre mille euros cet été", rapporte Robert Beven, le capitaine. 

Ces deux dernières années, au total, 10 000 euros ont été donnés à l'association. Ces fonds ont permis de financer en partie la restauration de l'arrière du bateau qui a coûté 42 000 euros. 

Naviguer pour exister

"On se doit de naviguer pour montrer qu'il est toujours en vie. Il ne faut pas oublier que c'est un bateau qui a été construit et rénové avec l'aide des gens de l'île aux Moines, précise Gilles Cohen. On ne veut pas leur laisser penser que c'est fini."

Dans le port, l'équipage tient à son emplacement, proche de l'embarcadère, très visible des habitants et des touristes. © Radio France - Diane Sprimont

Le moindre appareil photo tendu face au bateau est bon à prendre, "beaucoup de gens, de marcheurs, le voit passer et c'est vrai que ce navire interpelle. Cela peut donner l'idée de faire un don", sourit Daniel, navigateur du Crialeïs

L'équipage espère pouvoir à nouveau accueillir du public en août. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu