Société

Le singe magot nouvelle coqueluche des Franciliens

Par Martine Bréson, France Bleu Paris lundi 27 avril 2015 à 5:00

Singe magot
Singe magot © Maxppp

Un singe magot a été découvert mardi dans un jardin de Sevran. Il portait une couche-culotte. Il était visiblement domestiqué. Il est illégal d’avoir un singe magot chez soi et pourtant ce petit singe est de plus en plus souvent choisi comme animal de compagnie.

Le petit singe magot retrouvé à Sevran en Seine-Saint-Denis mardi en couche-culotte n’est pas le premier à être capturé en Ile-de-France. En janvier 2015, un singe magot, lui aussi en couche-culotte, avait été récupéré par les policiers de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et en novembre 2014, c’est au Blanc-Mesnil que ce petit animal avait fait courir les pompiers près de deux heures. Le petit singe de Sevran a été confié à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) avant d'être conduit dans un centre spécialisé pour les animaux sauvages aux Pays-Bas. Il va être déshabitué à l'homme et  réintroduit dans son environnement naturel.  

Le singe magot, qui quand il est petit a l’air d’une peluche vivante , est une espèce protégée. Il est totalement illégal d’en posséder un. Et pourtant, ce petit singe est très à la mode. "C’est le primate que l’on récupère le plus en France. En deux ans près de 160 singes magot ont été trouvés ou saisis ", indique Arnaud Lhomme de l’association "30 millions d’Amis".

Comment les singes magot arrivent-ils en France ?

Des bébés singes magot sont directement vendus sur le marché, au Maroc par exemple, et les touristes qui font le trajet en voiture vers la France se laissent séduire. Un singe magot s'achète entre 400 et 1000 euros . Les touristes les ramènent bébés mais en grandissant, après trois ou quatre ans, le singe magot devient agressif. A l'âge adulte un singe magot a des canines de 10 à 15 centimètres et il peut mordre. C'est à ce moment là que les propriétaires abandonnent l'animal dans la nature.

Le singe magot adulte est dangereux

 

singe magot (copie d'écran)

"Beaucoup de gens ne se rendent pas compte comme cela peut être dangereux et contraignant. Il y a eu beaucoup d’accidents ménagers… vous vivez avec une appréhension permanente ",  affirme Aurélien Rénan qui a recueilli durant 13 ans, dans sa maison à la campagne, un singe maltraité par ses propriétaires.

Pour l'association "30 millions d'Amis", c'est totalement irresponsable d'avoir un singe chez soi. C'est même un délit et s'ils sont pris, les propriétaires "risquent une peine de prison " rappelle l'association.