Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le stade nautique d'Avignon en pleine reconstruction

lundi 26 novembre 2018 à 12:33 Par Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse

La première pierre a été posée par le maire Cécile Helle. Une première pierre originale puisqu'à la place d'un parpaing, c'est de l'eau qui a été versée. De l'eau pour une piscine quoi de plus normal ?

La première pierre du stade nautique rénové est liquide !
La première pierre du stade nautique rénové est liquide ! © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Avignon, France

Ce stade nautique qui a été construit au milieu des années 60 est fermé depuis 2010. Inscrit au patrimoine remarquable du 20e siècle il accueillera à nouveau les nageurs l'année prochaine. Outre le bassin olympique de 50 mètres qui va être chauffé (bassin nordique) pour être utilisé par les athlètes toute l'année, il offrira un bassin de plongeon, des équipements de glisse aquatique et de bien-être.  

Un bassin nordique et olympique

Le budget de ce sauvetage architectural est de 17 millions d'euros (dont trois financés par l'État). Après une longue étape consacrée au nettoyage la phase reconstruction va enfin pouvoir démarrer. Luis Reggiardo du cabinet "SOHO ATLAS" est l'architecte de ce projet.

Luis Reggiardo architecte en charge du chantier de rénovation du stade nautique d'Avignon.

Le stade nautique d'Avignon en pleine restructuration. - Radio France
Le stade nautique d'Avignon en pleine restructuration. © Radio France - Jean-Pierre Burlet