Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Tarn veut expérimenter l'accueil de mineurs isolés par des familles volontaires

vendredi 14 septembre 2018 à 18:14 Par Stéphanie Mora et Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

Ce vendredi, le président du Conseil départemental du Tarn a annoncé une mesure inédite en ex Midi-Pyrénées : placer des mineurs isolés, de jeunes migrants, en famille d'accueil "bénévoles". Explications.

Actuellement le conseil départemental du Tarn accompagne près de 290 jeunes migrants.
Actuellement le conseil départemental du Tarn accompagne près de 290 jeunes migrants. © Radio France - Bénédicte Dupont

Albi, France

Le Département du Tarn prend en charge au titre de l'aide sociale à l'enfance 221 jeunes étrangers, des garçons pour la plupart, arrivés en France sans papier, clandestinement. Ce sont des mineurs en majorité, mais le département continue aussi à suivre ceux qu'il a accompagné et qui viennent d'atteindre la majorité, ils sont 66. 

Une dizaine de jeunes placés dans un premier temps

L'idée à développer, comme cela se fait par exemple en Loire-Atlantique, serait donc que les jeunes plus intégrés passent du temps dans des familles tarnaises volontaires et indemnisées par le département. Une réunion doit avoir lieu fin septembre avec les associations déjà sollicitées (Croix Rouge, _Secours Populair_e, Union nationale des association familiales, etc). Le Conseil départemental espère placer une dizaine de jeunes dans un premier temps d'ici la fin de l'année.

L'objectif n'est pas de confier à ces familles des jeunes qui viennent d'arriver en France. Mais plutôt des jeunes mineurs qui arrivent à la majorité ou de jeunes majeurs déjà scolarisés, en apprentissage ou en voie d'intégration via des structures associatives. Ils connaissent la culture, la langue. Cela favorise l'intégration d'être dans un milieu familial ordinaire. L'idée c'est aussi qu'ils aient des activités sportives, culturelles, qu'ils s'insèrent et qu'ils aient la même vie que les autres jeunes tarnais. — Monique Corbière-Fauvel, en charge de l'enfance et de la famille au CD81

Les durées d'hébergement ne sont pas encore fixées, cela pourra aller de plusieurs weekends à toute une année scolaire. Les "pionniers" seront sans doute de jeunes majeurs en parcours d'apprentissage. Les familles marraines seront indemnisées, mais pas à proprement dit rémunérées. Il ne s'agira pas d'agents dont c'est le métier comme les assistants familiaux qui recueillent des orphelins ou des enfants dans des situations familiales difficiles, qui eux sont rémunérés. Le Président du Département parle d'une initiative humaniste, "le Tarn est et restera une terre d’accueil" mais ne cache pas que l'initiative pourrait permettre de décharger la collectivité financièrement.

Cela va nous permettre de réduire le coût de la prise en charge. En 2017,  le Département a lâché 8 millions d'euros pour les mineurs isolés. L'Etat a contribué à hauteur de 50.000 euros.— Christophe Ramond, président du CD81

L'expérimentation devrait débuter en fin d'année.