Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Le Territoire de Belfort champion du divorce

mardi 11 septembre 2018 à 18:56 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Alors que le Tribunal de Grande Instance de Belfort accueille un nouveau juge aux affaires familiales, France Bleu Belfort Montbéliard s'est intéressé au rôle de ce magistrat. Près de 1000 dossiers sont traités chaque année dans le département : divorces, séparations, gardes d'enfants.

Dans le Territoire de Belfort, 2 couples mariés sur 3 finissent par divorcer (photo d'illustration)
Dans le Territoire de Belfort, 2 couples mariés sur 3 finissent par divorcer (photo d'illustration) © Maxppp - Richard Villalon

Belfort, France

Le département du Territoire de Belfort est l'un des champions en terme de divorce : "sur 3 mariages, 2 couples divorcent. On est au même niveau que la région parisienne. Nous prononçons beaucoup plus de divorces que dans le reste du pays, où la moyenne est d'un mariage pour 3 divorces" souligne Alain Troilo, président du TGI de Belfort, alors que le tribunal accueille son nouveau juge aux affaires familiales.

Des affaires parfois douloureuses  

Le président du Tribunal de Grande Instance de Belfort a insisté sur le rôle "important" du juge des affaires familiales, qui s'occupe d'environ 1000 dossiers par an, et traitant de problématiques liés aux divorces, aux séparations et aux gardes d'enfants : "On assiste parfois à des audiences dramatiques pour parfois des enjeux dérisoires. Mais on touche là quelque chose d'intime : c'est irrationnel. Parfois on lit des courriers que peuvent s'échanger des ex-conjoints, je ne peux même pas parler des termes qui sont utilisés tellement c'est ordurier. On est parfois dans des phases de séparation dans un processus de mauvaise foi complète de part et d'autre, de rancœur commune. Souvent ce que je dis aux couples, la fidélité, c'est d'être fidèle à la vie qu'on a eu ensemble : or quand ils se séparent ils ne sont fidèles à rien du tout".

L’intérêt de l'enfant avant tout

C'est Marie Corne, 40 ans, ancienne avocate à Paris entre 2004 et 2013, qui a été nommée cette semaine comme juge aux affaires familiales au TGI de Belfort tentera ainsi de rappeler à chaque parent l'importance de leur rôle auprès de l'enfant : "Quel que soit le milieu les parents en arrivent parfois à déraper complètement, y compris dans des milieux très instruits et très favorisés. Lorsque le conflit survit, on arrive parfois à des cristallisations autour des revendications de chacun, et parfois le parent perd de vue l’intérêt de leur enfant. Je m'emploierai à leur rappeler que seul l’intérêt de l'enfant compte".