Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Société

Le tir de sangliers autorisé cet été en Haute-Savoie mais pas le chevreuil, ni le renard

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

L'arrêté préfectoral a été publié ce jeudi. Aux vues des dix mille avis exprimés pendant la consultation publique préalable, le préfet de Haute-Savoie a durci les conditions de sécurité encadrant les tirs d'été de sangliers. Ils sont notamment interdits le dimanche.

Le tir d'été anticipé de sangliers en Haute-Savoie ne sera autorisé qu'en cas de dégâts agricoles avérés
Le tir d'été anticipé de sangliers en Haute-Savoie ne sera autorisé qu'en cas de dégâts agricoles avérés © Maxppp - P.Heckler

Annecy, France

Le tir de sangliers est autorisé cet été, entre le 7 juin et le 7 septembre, en Haute-Savoie mais pas le chevreuil, ni le renard.

Dans son arrêté publié et mis en ligne sur internet ce jeudi, le préfet durcit les conditions des tirs d'été autorisés depuis dix ans sur le département.

Tenant compte des dix mille avis exprimés durant la consultation publique en avril, et de l'émoi exprimés dans une pétition de cent mille signatures, Pierre Lambert, compte tenu de la "forte affluence estivale dans les milieux naturels" interdit notamment les opérations de régulation du sanglier le dimanche et impose, des conditions de sécurité renforcées, et que les dégâts agricoles soient avérés avant autorisation de tirs.

Dans un contexte émotionnel très sensible, après la mort de deux habitants de Haute-Savoie tués par des chasseurs, la décision du préfet était très attendue.