Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le torchon brûle entre la mairie de Poitiers et le Plan B

-
Par , France Bleu Poitou

Alors que les responsables du Plan B ont décidé de jeter l'éponge, la mairie de Poitiers s'interroge. Depuis le début, elle accompagne le "bar culturel et solidaire" et n'accepte pas les sous-entendus autour de son rôle dans la liquidation judiciaire.

Les associés du Plan B ont demandé la liquidation judiciaire de leur établissement.
Les associés du Plan B ont demandé la liquidation judiciaire de leur établissement. © Radio France - Juliette Guérit

Poitiers, France

"Aucun établissement n'a fermé parce que des mesures de sécurité étaient demandées avec un coût excessif" Michel Berthier, adjoint à la culture à la mairie de Poitiers retourne l'argument à l'envoyeur : à savoir, aux responsables du plan B.

Ces derniers viennent de demander la liquidation judiciaire de leur établissement : ils n'auraient pas les moyens, selon eux, de remettre leur établissement aux normes de sécurité. Les associés à la tête de la SCOP qui évoquent un montant de travaux de 70 000 euros ont donc décidé de jeter l'éponge. 

Des fans accusent la mairie

Sur les réseaux sociaux, beaucoup de fans de ce lieu devenu mythique, réagissent vivement et poitent la mairie du doigt : "Claeys m'a tuer", "N'y aurait-il pas une volonté de la mairie d'amortir son investissement dans la réhabilitation du confort moderne ? Puisque cette exigence vient comme par hasard après la réouverture du confort !" ou encore "La mairie et notre cher Maire font preuve encore d incompetence ds leur choix politique !!!!...ils ont les moyens d agir !! c est degeulasse!!!" comme on peut le lire dans les commentaires facebook de la page du Plan B.

La mairie rejette toute responsabilité

Mais la municipalité tient à clarifier la situation :A aucun moment elle n'a souhaité la fermeture de cet établissement. La preuve : le 1er janvier dernier, lorsque le bail du Plan B devient commercial, la mairie  accepte de toucher moitié moins de loyer (570 eu lieu de 1200 euros) pour permettre à l'établissement de réaliser les travaux nécessaires à la sécurité du public. Un chantier de 40 000 euros, selon les élus, et non pas 70 000 comme avancé par les gérants du lieu. 

"Rien que le fait de passer en bail commercial leur assurait leur longévité", explique Michel Berthier. "En ce qui nous concerne on a voulu cet établissement et on tient à ce qu'il reste ouvert", insiste l'adjoint en charge de la culture à la mairie de Poitiers. 

Les élus de la ville de Poitiers ne comprennent pas aujourd'hui le discours des gérants. Une rencontre est d'ailleurs prévue demain vendredi au lendemain de la réunion publique d'"Adieux" organisée par les responsables du Plan B pour expliquer à ses clients les raisons de la fermeture. 

sur Facebook, les internautes pointent la mairie du doigt - Aucun(e)
sur Facebook, les internautes pointent la mairie du doigt - capture d'écran facebook