Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le train fantôme, les nazis et la résistance : un nouveau livre retraçant l'histoire du train fantôme à Sorgues en 1944

vendredi 11 janvier 2019 à 4:44 Par Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

L’auteur de ce livre qui parait cette semaine est allemand, ancien journaliste, ancien député et même ministre, et son livre donne de très nombreux éclairages inconnus sur cet épisode historique oublié de près d’un demi-siècle.

Une photo du monument érigé à la mémoire des déportés du train fantôme devant la gare de Sorgues illustre la couverture du livre de Gerhard Bökel
Une photo du monument érigé à la mémoire des déportés du train fantôme devant la gare de Sorgues illustre la couverture du livre de Gerhard Bökel © Radio France - Jean Michel Le Ray

sorgues

Après les travaux menés depuis 28 ans par l'amicale des déportés résistants du train fantôme en marge des cérémonies célébrées tous les ans au monument de la gare de Sorgues, ce nouvel ouvrage apporte d’autres témoignages et précisions. L’histoire de ce convoi de prisonniers longtemps oublié, une  majorité de résistants ou arrêtés pour raison politique, passionne de nombreux historiens. Ces prisonniers avaient dû marcher de Roquemaure jusqu’à Sorgues pour gagner un nouveau train parce que les ponts à voie ferrée étaient tous détruits sur le Rhône.

La population sorguaise émue par la condition de ces civils et résistants épuisés et affamés les avaient nourris en cachette, mais surtout avait organisé l'évasion de près d’une cinquantaine d’entre eux avant que le convoi ne reparte pour les camps de Dachau ou Ravensbrück.

Parmi les portraits de ce livre celui encore jamais révélé d’Abdelkader Mesli, un imam arrêté à Bordeaux parce que résistant, mais qui survivra à son internement à Dachau, sauf que sa famille ignora jusqu’à son décès ce passé de musulman combattant. Gerhard Bökel a été invité par son fils à consulter et classer les cartons de dossiers, notes, lettres et photos découverts après sa disparition. Avec celui-ci l’auteur s’est rendu l’an passé au mémorial de Dachau pour y déposer le récit du seul musulman interné dans ce camp.

Un livre en collaboration avec l"Amicale des Déportés du Train Fantôme