Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Le tribunal administratif confirme la déconstruction de deux immeubles rue de la Palud à Marseille

-
Par , France Bleu Provence

Le tribunal administratif de Marseille a rejeté ce lundi 11 février, les demandes de suspension de la déconstruction des immeubles du 41 et 43 rue de la Palud, dans le 1er arrondissement de Marseille.

Les immeubles insalubres rue de la Palud dans le 1er arrondissement de Marseille
Les immeubles insalubres rue de la Palud dans le 1er arrondissement de Marseille © Maxppp - Valérie Vrel

Marseille, France

La déconstruction des immeubles des 41 et 43 rue de la Palud à Marseille aura bien lieu. Le tribunal administratif de la ville vient de rejeter, ce lundi 11 février, les demandes de suspension de démolition portées par les propriétaires de lots, au sein des copropriétés concernées, dans le 1er arrondissement.  

Un arrêté de péril grave et imminent

Les deux immeubles du 41 et 43 rue de la Palud à Marseille faisaient l'objet d'un arrêté de péril grave et imminent depuis le 24 janvier 2019. L'occupation des bâtiments était donc interdite et les propriétaires avaient 72 heures pour réaliser des travaux d'urgence et assurer la sécurité publique. Aucune démarche n'ayant été lancée selon la Ville, la déconstruction des immeubles a finalement été décidée une semaine plus tard, par l'arrêté du 31 janvier 2019

Le juge des référés rejette la demande des propriétaires

Les propriétaires ont ensuite choisi de contester cet arrêté via un "référé liberté". Cette procédure permet de solliciter le juge administratif, dans des délais courts, lorsqu'une liberté fondamentale comme le droit de propriété est mise en cause par une décision administrative. Au vue de l'absence de démarches ou de travaux engagés par les propriétaires, le juge des référés a donc décidé de maintenir la déconstruction de ces deux immeubles.