Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le tribunal administratif de Montreuil autorise l'expulsion des Roms du camp des Coquetiers à Bobigny

mardi 26 août 2014 à 7:35 - Mis à jour le mardi 26 août 2014 à 15:00 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Les Roms de Bobigny peuvent être expulsés à tout moment. Mardi matin le tribunal administratif de Montreuil a donné raison au maire UDI de Bobigny. Il a validé l'arrêté d'expulsion pris par Stéphane de Paoli le 29 août. La Ligue des droits de l'homme a déposé un recours mais cet appel n'est pas suspensif. Les 350 Roms de Bobigny peuvent être évacués à tout moment.

Le maire UDI, Stéphane de Paoli, avait pris un arrêté d’expulsion en juillet. Le tribunal de grande instance de Bobigny ne l’avait pas suivi. Le maire n’avait pas fait appel mais il avait signé un nouvel arrêté le 19 août. Un nouvel arrêté d’expulsion contre les Roms du camp des Coquetiers à Bobigny qui était contesté devant le tribunal administratif de Montreuil hier lundi.

En juillet le Tribunal de Bobigny avait estimé qu’il n’y avait pas de danger urgent. Il avait donc refusé l’expulsion demandée par le maire.Cette fois le tribunal de Montreuil a donné raison au maire de Bobigny .

Le nouvel arrêté pris par la municipalité avait surpris tout le monde.

E Roms de Bobigny

Cela fait trois ans que les Roms occupent ce terrain municipal situé en centre ville de Bobigny.

Pour la Ligue des droits de l’homme, il y a un acharnement contre ces familles dont les enfants sont tous scolarisés.

Pour les avocats de la ville, le camp est insalubre et dangereux. Ils ont rappelé qu’il y avait eu trois incendies en un an dont un mortel.