Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le tribunal administratif de Poitiers devrait donner raison aux anti-bassines dans la Vienne

-
Par , France Bleu Poitou

Le rapporteur public estime, ce jeudi, que les associations de protection de l'environnement avaient raison de s'opposer à la construction d'une zone de rétention d'eau sur la rivière de la Clouère.

Audience ce jeudi au tribunal administratif de Poitiers
Audience ce jeudi au tribunal administratif de Poitiers © Radio France - Valentin BOISSAIS

Poitiers, France

Les visages des militants anti-bassines étaient souriants ce jeudi matin au tribunal administratif de Poitiers. Le rapporteur public est allé dans leur sens. Il estime que leur requête contre l’arrêté préfectoral qui autorise la construction d'une bassine dans la rivière de la Clouère est juste. 

Le tribunal administratif statuera de son coté sur la question d'ici le 6 juin prochain. Quatre associations avaient déposé cette requête auprès du tribunal administratif de Poitiers dont l'association Vienne Nature. Son président a estimé après l'audience qu'il s'agissait d'une bonne décision mais surtout que le combat allait continuer.

"Nous sommes heureux de voir que le tribunal va probablement suivre notre requête. Ce serait une victoire pour la biodiversité."
Michel Levasseur, président de Vienne Nature

Au cours de l'audience, l'ambiance s'est avérée quelque peu électrique. Plusieurs partis étaient présents, l'entreprise qui devait mettre les bassines en place, la préfecture, les militants anti-bassines et le bureau d'étude mandaté par la préfecture pour vérifier que le ces bassins étaient pertinents. 

Les plaidoiries se sont orientées vers le fait de savoir si oui ou non le projet était légitime compte tenu du réchauffement climatique qui s'annonce pour les années à venir. 

Une décision qui pourrait déclencher une jurisprudence administrative

Si cette décision concerne la requête qui se focalise sur la Clouère, trois autres ont été déposées par les associations. Elles concernent trois autres affluents du Clain. Le président de Vienne Nature est désormais confiant sur les délibérations qui suivront. 

Il faut rappeler que le débat sur les bassines concerne la Vienne mais aussi les Deux-Sèvres et la Charente. Ces fameuses "bassines" sont des zones de rétention d'eau qui sont destinées à se remplir en cas de fortes précipitations. L'eau récupérée est ensuite stockée et utilisée pour les jours de sécheresse par les agriculteurs.

Les opposants dénoncent des problèmes pour la biodiversité locale, ainsi que le risque d'assèchement des nappes phréatiques à proximité.