Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le tribunal de commerce de Perpignan désigne le groupe Sabena Technics pour reprendre New EAS

jeudi 17 janvier 2019 à 21:43 Par Isabelle Rolland et Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon

Le tribunal de commerce a donc tranché, ce jeudi, dans le dossier New EAS. Il a accepté l'offre du groupe Sabena Technics. Il reprend une partie de l'activité et des salariés de l'entreprise de maintenance aéronautique basée près de l'aéroport de Perpignan.

New EAS était en redressement judiciaire depuis 2 mois
New EAS était en redressement judiciaire depuis 2 mois © Maxppp - MICHEL VIALA

Perpignan, France

Les salariés de New EAS attendaient cette décision depuis plusieurs semaines. Qui pour reprendre la société de maintenance aéronautique ; placée en redressement judiciaire depuis plus de deux mois ? Huit candidats avaient déposé des dossiers, cinq d'entre eux se sont retirés au dernier moment. Le tribunal de commerce de Perpignan, après une journée marathon, a finalement accepté l'offre du groupe Sabena Technics.

Le plan de continuation rejeté

Un peu plus tôt dans l'après-midi, la demande de plan de continuation, déposée par l'actuel dirigeant de l'entreprise Bruno Léchevin avait été rejetée.  Le tribunal a aussi refusé de lui accorder un délai d'un mois pour peaufiner son dossier. Bruno Léchevin venait tout juste de convaincre un investisseur qui envisageait de verser deux millions d'euros.

Une journée de mobilisation pour les salariés

Une centaine de salariées a manifesté toute la journée devant le tribunal, contre le projet de Sabena Technics. Ils ont jeté des pétards et des fumigènes jusque dans le hall du tribunal. Des policiers  se sont positionnés dès le milieu d'après midi pour calmer les esprits.  Les agents ont du escorter le PDG de Sabena Technics à la sortie de l'audience. 

La décision du tribunal prend effet immédiatement. Philippe Rochet, patron de Sabena Technics a prévu de se rendre à l'usine dès ce vendredi matin.