Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INFO France Bleu Paris - locataire du Vatican depuis 60 ans, une famille parisienne mise à la porte

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Propriétaire de nombreux immeubles à Paris, le Vatican n'hésite pas à expulser ses locataires lorsqu'ils ne paient plus. C'est une info France Bleu Paris, une famille en difficulté financière et dont deux membres sont handicapés a été mise à la porte

Le Vatican n'hésite pas à expulser ses locataires qui ne paient pas. Y compris lorsqu'ils sont en situation de précarité
Le Vatican n'hésite pas à expulser ses locataires qui ne paient pas. Y compris lorsqu'ils sont en situation de précarité © Maxppp - .

L'Église catholique expulse ses locataires qui ne paient plus. Même ceux en grande précarité, comme cette femme de 60 ans. 

Elle louait au Saint-Siège un appartement du 7è arrondissement, avec son frère et sa soeur, tous deux malades. La fratrie avait grandi dans ce logement avec leurs parents, aujourd'hui décédés. Mais faute de revenus suffisants, elle ne pouvait plus payer le loyer depuis cinq ans. Le Vatican a fait appel aux forces de l'ordre pour les expulser.

Lundi 7 septembre, ils ont vu arriver six personnes chez eux : "quatre policiers, l'huissier du Vatican et un serrurier" explique la sexagénaire Pascale N. Ils nous ont priés de faire nos bagages rapidement. Sur le coup, Pascale s'y est opposée : "Nous ne partirons pas d'ici !". Les forces de l'ordre leur ont expliqué qu'ils n'avaient pas le choix, ont fermé les volets. "ils nous suivaient partout, dans toutes les pièces de l'appartement ; Ils s'imaginaient peut-être que nous allions sauter par la fenêtre !" s'énerve Pascale. Alors elle s'est résignée, sans savoir où aller. "On a une adresse. On va vous aider. On va vous emmener" lui auraient répondu les policiers. "C'est vrai qu'ils nous ont aidés à rassembler nos sacs sur le pallier. Puis ils nous ont donné une adresse, griffonnée sur un bout de papier : un appart-hôtel à Villejuif. Et ils nous ont laissés là" raconte Pascale, désabusée. Son frère de 67 ans est handicapé à 80 %, reconnu par la MDPH. Il souffre d'obésité, a un bras dans le plâtre avec des broches, après une fracture et il ne peut porter de valise. Sa soeur non plus : elle est handicapée mentale, également à 80 % (reconnu par la MDPH) et se déplace avec un fauteuil roulant ou un déambulateur. 

En arrivant dans leur hôtel de Villejuif, ils apprennent que le SAMU leur a réservé deux chambres pour un mois. En larme, Pascale ne comprend pas comment ils en sont arrivés là. "Nous étions une famille sans histoire, nous vivions bien. Mes parents, venus de Tunisie dans les années 50, avaient monté une entreprise du bâtiment. Ils louaient cet appartement de 150 m2 avenue Bosquet, tout neuf, et propriété du Vatican. J'étais directrice commerciale de cette entreprise, mais lorsque ma mère, âgée, est tombée malade, après le décès de mon père. J'ai décidé de m'en occuper. Mes deux frères et soeurs sont ensuite tombés malades. Et nous avons perdu nos revenus" raconte Pascale. 

Nous sommes alors en 2015. La famille puise dans ses économies. Années après années, celles-ci finissent par s'épuiser. Voyant qu'elle peine plus payer son loyer, la fratrie se dit prête à déménager. Le parc locatif privé étant inaccessible, elle fait une demande auprès des logements sociaux. En vain. "La mairie du 7è arrondissement me renvoyait vers la mairie de Paris qui me renvoyait vers la préfecture de Région". Durant plus de trois ans, Pascale n'a cessé de batailler auprès des services administratifs. Quatre solutions de relogement lui ont été proposées reconnaît Pascale. Mais inadaptées à la situation de handicap de son frère et de sa soeur. 

Le Vatican a fini par mettre ses menaces à exécution et a saisi les forces de l'ordre pour faire expulser la famille. 

Interrogé, le nonce apostolique, qui représente le Vatican en France, explique que le responsable de cette expulsion n'est pas le Vatican, mais la société propriétaire et gestionnaire de bien.  "Facile !" réagit l'avocat de la famille, Baptiste de Monval. "Le gestionnaire de biens est Sopridex. Société du Vatican à 100%". Autrement dit "Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais !" ajoute-t'il.

Le Vatican possède 500 appartements dans Paris, pour une valeur estimée à 470 millions d’euros, selon une enquête de France Info.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess