Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Vaucluse produit de plus en plus de cannabis

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le bilan de la délinquance en Vaucluse met en évidence la présence de narco-banditisme à Carpentras et la multiplication des productions semi-industrielles de cannabis chez les particuliers. Selon le préfet de Vaucluse, les violences augmentent aussi avec le "hooliganisme des gilets jaunes".

11.000 pieds de cannabis avaient été arrachés en val de Durance
11.000 pieds de cannabis avaient été arrachés en val de Durance - Colombe Production

Vaucluse, France

Le nombre de cambriolages a baissé de 16% en Vaucluse l'an passé avec 3.329 vols avec effraction. Les procureurs d'Avignon et Carpentras pointent une hausse de 8,3% des violences aux personnes. Les violences sexuelles sont en hausse de 19%. La sécurité routière affiche de bons chiffres. Après une année 2017 dramatique, le nombre de morts sur les routes de Vaucluse recule de 49% avec 37 tués. 

Narco-banditisme à Carpentras et production de cannabis à la maison

177 kilos  de cannabis et cocaïne ont été saisis l'an passé en Vaucluse. Le procureur d'Avignon, Philippe Guemas constate que le Vaucluse devient aussi un département producteur de cannabis : "au-delà du trafic traditionnel d'importation de produits stupéfiants en provenance du Maroc ou d'Afghanistan, 11.000 pieds de cannabis ont été arrachés en val de Durance pour une valeur de cinq millions d'euros à la revente.

Des zones de Vaucluse qui peuvent paraître relativement tranquilles s'avèrent être des zones de production importantes. De plus en plus de particuliers font pousser du cannabis sous serre ou dans leurs maisons avec des lampes et du matériel. On s'aperçoit de plus en plus souvent qu'il s'agit d'une petite production semi industrielle destinée en partie à la revente."

Le procureur de Carpentras, Pierre Gagnoud, dénonce la présence de narco-trafiquants à Carpentras : "nous avons sur Carpentras un narco-banditisme qui repose sur l'économie souterraine et des réseaux criminels, de véritables professionnels de la délinquance. La police judiciaire a intercepté en août un retour de go-fast montant d'Espagne avec 119 kg de cannabis mais il faut aussi s'attaquer aux dealers de la rue".

Le procureur de Carpentras constate "un changement de sociologie des dealers dans ces cités de l'Amandier et du Pou du Plan. Autrefois nous avions des dealers issus de ces cité, acquis à la loi du silence. Ces personnes sont en prison. On voit apparaître depuis un an des jeunes gens de villages avoisinants ou plus lointains - qui n'ont pas de casiers judiciaires - qui viennent pour la demie  journée ou la journée revendre dans ces cités de Carpentras".

Les hooligans des Gilets Jaunes augmentent les statistiques des violences

Les statistiques des violences sont en hausse + 8,3%, avec des chiffres aggravés par le mouvement des gilets jaunes: 4757 agressions ou atteintes volontaires à l'intégrité physiques. La tendance à la hausse est plus importante en Vaucluse que la moyenne nationale. Les violences non crapuleuses augmentent de 10% pour des comportements agressifs pour des motifs futiles, parfois en famille, parfois des bagarres après boire. 

Le "mouvement social dit des gilets jaunes" provoque selon le préfet "un phénomène de hooliganisme : des gens qui viennent chaque samedi pour taper, provoquer la police. Le procureur d'Avignon dénonce une banalisation de la violence avec des jets de cailloux, des insultes racistes envers des policiers. Les personnes interpellées avec des cocktail Molotv ne sont pas de manifestants" a martelé le procureur d'Avignon, hérissé par la formule violences policières. Pour Philippe Guemas, c'est "le monde à l'envers".