Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le véganisme prend de l'ampleur dans le sud-ouest

dimanche 7 octobre 2018 à 19:29 Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie

Auparavant complètement marginale, la question suscite aujourd'hui des débats : faut-il réduire sa consommation de la viande? Les militants de la cause animale sont de plus en plus nombreux, le sud-ouest n'échappe pas à la règle. France Bleu Occitanie s'empare du débat.

En 2013, l'élevage représentait environ 14,5% des gaz à effet de serre dans le monde (rapport FAO), soit plus que le transport.
En 2013, l'élevage représentait environ 14,5% des gaz à effet de serre dans le monde (rapport FAO), soit plus que le transport. © Maxppp - Cedric JACQUOT

Toulouse, France

Aux quatre coins de la France, les militants de la cause animale s'en prennent depuis quelques mois à des boucheries : "Stop au massacre des animaux", "La viande est un meurtre!" Voici qu'on pouvait lire, tagué sur des magasins de viande en Bretagne ou en Auvergne. L'année dernière à Toulouse, des militants de l'association L214 s'étaient déguisés en employés d'abattoir à l'occasion d'Halloween. Avec les scandales sanitaires liés à l'élevage révélés ces dernières années, "a-t-on encore le droit de manger de la viande ?" est devenue une question de société.

Un débat sur la viande lundi 8 octobre à 7h50

France Bleu Occitanie a décidé de s'emparer du sujet : lundi 8 octobre à partir de 7h50, Jean-Pierre Issolan, négociant, éleveur et gérant de la société viandes-occitanes à Montauban va venir débattre avec Carole Mare, porte-parole de l'association L214 à Toulouse. Faut-il encore manger de la viande au XXIe siècle ? Les méthodes des militants de la cause animale sont-elles acceptables ? Peut-on concilier gastronomie, bien-être animal et activité économique ? Toutes ces questions seront abordées.

Les militants de L214 font régulièrement des actions à Toulouse, ici en septembre 2017. - Radio France
Les militants de L214 font régulièrement des actions à Toulouse, ici en septembre 2017. © Radio France - Bénédicte Dupont

Une taxe pour moins manger de viande

Aujourd'hui il existe des alternatives à la viande. Et pourtant, seulement 5% de Français ont décidé de faire l'impasse sur la viande (Harris Interactive, 2017). L'élevage représentait environ 14,5% des gaz à effet de serre en 2013 d'après l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Soit plus que les transports.

Il faut donc manger moins de viande avance Céline Bonnet, chercheuse à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) : "Si on met en place une taxe importante sur les produits animaux, notamment sur les ruminants et la viande de bœuf, cela permettrait d'obtenir une réduction des gaz à effet de serre de l'ordre de 6%. Mais pour qu'il y ait un effet réel, on parle d'une augmentation du prix de vente de 20%." Ce type de taxe a déjà marché en France, avec les sodas d'après les études de l'Inra.

En début d'année, la voiture de la boucherie Durif a été vandalisée à Clermont-Ferrand - Radio France
En début d'année, la voiture de la boucherie Durif a été vandalisée à Clermont-Ferrand © Radio France - Eric Durif

Dix restaurants vegans à Toulouse

Avec l'ouverture fin octobre d'un dixième restaurant dédié aux véganes dans le quartier Saint-Aubin, Toulouse est la cinquième ville végane de France. Charles Majdalani a été le premier à s'installer avec son restaurant La Belle Verte : "C'est très dur de se lancer dans la restauration végane, témoigne le restaurateur. Ça demande bien plus d'investissement que la restauration classique. Il faut être très rigoureux avec les produits que l'on va cuisiner, savoir d'où ils viennent etc. Et surtout savoir cuisiner pour tous, convaincre les plus réticents."

Car l'ambition de ces restaurants vegans, c'est de séduire tout le monde. L'unique moyen pour eux de rivaliser avec les restaurants traditionnels et espérer vivre longtemps.