Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le vignoble bordelais est dans le dur" : Bernard Farges, président du CIVB

-
Par , France Bleu Gironde

La viticulture bordelaise traverse une grave crise. Bernard Farges, président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux explique que les facteurs sont nombreux : faible récolte 2017, Taxe Trump sur les vins français, chute des exportations en Chine et baisse de la consommation en France.

Bernard Farges, président du CIVB
Bernard Farges, président du CIVB © Radio France - Aurélie Bambuck

France Bleu Gironde : La taxe Trump est en place depuis la mi-octobre. Quels sont les effets sur les vins de Bordeaux ?

Bernard Farges : Aujourd'hui il est difficile de mesurer l'impact, mais nous savons qu'il y en a déjà. Des viticulteurs, exportateurs et négociants on dû baisser leurs prix pour assumer une partie de cette taxe américaine. Leurs importateurs ont dû aussi baisser une partie de leur marge.  D'autres n'ont pas pu le faire et ce sont donc des produits qui seront plus cher avec des conséquences que l'on imagine, à savoir la perte de parts de marchés. 

Vous avez sollicité l'intervention du gouvernement. Avec quel résultat à ce jour ?

On a rencontré beaucoup de monde : au ministère de l'agriculture, à Bercy, à l'Elysée. Mais nous n'avons absolument pas l'écoute que nous souhaitons. On nous renvoie vers l'Europe pour obtenir des compensations sur les pertes mais ce n'est pas du tout un sujet de la commission.  Il s'agit bien d'une faute de l'Etat français qui a choisi de subventionner l'avionneur Airbus. L'Etat doit assumer ses choix industriels.

Vos exportations sont en baisse un peu partout dans le monde ! 

Oui et c'est lié à plusieurs effets. L'impact de la petite récolte de 2017 avec des prix un peu plus chers, une diminution de nos promotions sur la grande distribution, au Royaume-Uni, en Belgique, en France, le marché chinois qui ralentit fortement et puis des formes de consommation différentes en France. On boit moins de vins rouges et plus de vins frais. Donc tout ça n'est pas bon pour Bordeaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess