Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le vote des caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa débute : pour ou contre l'indépendance ?

Bretagne, France

A partir d'aujourd'hui, les caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa vont se prononcer pendant plusieurs jours sur le vote d'orientation proposé par leur direction. Pour ou Contre le projet d'indépendance vis-à-vis de l'organe central, la CNCM. C'est la suite du conflit entre ces deux entités.

Le siège du Crédit Mutuel Arkéa, au Relecq-Kerhuon
Le siège du Crédit Mutuel Arkéa, au Relecq-Kerhuon © Radio France - Benjamin Bourgine

"Quand bien même, si la question est compliquée, la réponse est simple, c'est le Oui". Luc Moal, administrateur de la caisse du Crédit Mutuel de Bretagne de Brest Rive Droite n'y va pas par quatre chemins. Il est pour le projet d'indépendance. "Pour défendre l'emploi et nos territoires". Ce projet, la direction a tenté de le détailler autant que faire se peut dans un document interne, que France Bleu Breizh Izel a pu consulté.

Un document de 100 pages, avec un engagement : rester coopératif et mutualiste...

Somme des épisodes précédents, ce document d'une centaine de pages permet de résumer les griefs que porte Arkéa (l'ensemble des fédérations CMB, CM Sud-Ouest et CM Massif Central) contre son organe central, la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, accusée de vouloir entraver le développement d'Arkéa, centraliser les décisions, et donc détruire l'emploi local. 

...mais abandonner la marque "Crédit Mutuel"

Le dossier évoque aussi l'après-indépendance, en donnant les perspectives et les engagements du groupe aujourd'hui. A savoir, une solidité financière revendiquée, l'objectif de rester coopératif et mutualiste, mais aussi l'acceptation définitive de l'abandon de la marque "Crédit Mutuel". Premier point où ça coince un peu. Arkéa explique d'ailleurs dans son projet travailler sur une nouvelle marque.

Il manque des éléments structurants dans ce dossier - Jean Le Nir, secrétaire du CCE

"Il y a un an, si vous m'aviez posé la question, je vous aurais dit que tout le monde y est attaché. Aujourd'hui, on pourrait s'en passer ?" Jean Le Nir, le secrétaire du Comité Central d'Entreprise émet quelques doutes sur la stratégie avancée. "Selon nous, il manque des éléments structurants dans ce dossier. On n'a pas avancé par rapport au dernier CCE. Quelle sera notre place dans le code monétaire et financier ? Nous avions pris acte du projet lors du dernier CCE en mettant en exergue des interrogations. Là, aujourd'hui, il y a trop de questions, et pas assez de réponses _sur ce que l'on devient après l'indépendance_".

Pour Jean-Pierre Denis, le Président du Crédit Mutuel Arkéa, l'important est justement d'engager clairement son groupe sur la voie d'une indépendance. Afin qu'il n'y ait plus de frein au développement. On peut constater que la stratégie se modifie au fur et à mesure des déconvenues (bataille perdue sur la marque par exemple), mais l'idée est toujours la même, et se renforce même à chaque étape, vers une volonté d'indépendance totale, à l'horizon 2020.

La charrue avant les bœufs ? 

C'est ce que craint justement ce président de caisse locale à Rennes. Jean-Paul Martin est élu à la tête de la caisse du Crédit Mutuel des Enseignants d'Ille et Vilaine. Il votera contre le projet, pour deux raisons. "D'abord j'aurais préféré qu'on fasse voter les sociétaires sur un tel choix, et la 2e chose, c'est que l'avenir est totalement flou. _Nous ne savons pas dans quel établissement bancaire nous atterrirons_. De par la loi, il ne peut pas y avoir de nouvel établissement bancaire mutualiste, et le gouvernement ne souhaite pas changer la loi." Au sein de sa caisse, Jean-Paul Martin assure que tous les administrateurs vont voter contre le projet. 

Résultat de ces votes à la mi ou à la fin avril. Avec une autre inconnue : comment votera-t-on dans les fédérations du Sud-Ouest et du Massif Central, loin du Relecq-Kerhuon, près de Brest, épicentre de la fronde.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess