Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Leonarda : les lycéens poursuivent leur mobilisation, Valls rentre en urgence, Trierweiler réagit

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Une vingtaine d'établissements parisiens ont été bloqués par les élèves, ce vendredi matin, en soutien à la jeune kosovare expulsée la semaine dernière. Le ministre de l'Education, Vincent Peillon, demande que les cours reprennent et soutient Manuel Valls, qui a décidé d'écourter sa visite aux Antilles.

Les élèves du lycée Charlemagne, à Paris, bloquent l'entrée de leur établissement
Les élèves du lycée Charlemagne, à Paris, bloquent l'entrée de leur établissement © Maxppp

Ils étaient plusieurs milliers à défiler jeudi, notamment à Paris. Ils récidivent ce vendredi, en bloquant l'accès à leurs établissements. Une partie des lycéens continue de soutenir Leonarda, cette jeune collégienne kosovare expulsée de France la semaine dernière dans des circonstances qui font l'objet d'une enquête administrative.

A Paris, une vingtaine de lycées sont mobilisés, affirme le syndicat Fidl. Dans ces établissements, les entrées sont souvent partiellement bloquées, avec des rassemblements. La manifestation de l'après-midi entre Bastille et Nation a rassemblé 4.000 personnes selon la police, 12.000 selon le syndicat UNL. En dehors de Paris, "c'est beaucoup plus calme, il y a quelques lycées mobilisés à Marseille", a expliqué le porte-parole de la Fidl. Dans le Vaucluse, l'UNL a appelé les élèves à faire une grève de la faim. Le mouvement devrait logiquement s’essouffler dans les jours à venir, puisque les vacances de la Toussaint commencent ce vendredi soir.

L'école pourrait être "sanctuarisée"


L'exécutif tente de jouer l'apaisement. Le ministre de l'Education Vincent Peillon, après avoir dans un premier temps critiqué les circonstances dans lesquelles la jeune fille avait été expulsée, affirme soutenir Manuel Valls. Il appelle les lycéens à retourner en cours et à ne pas bloquer leurs établissements.

L'Elysée, de son côté, a publié un communiqué jeudi soir. Sans prendre position sur le fond de l'affaire, le palais présidentiel a expliqué que selon les résultats de l'enquête administrative ouverte par le ministère de l'Intérieur, la circulaire qui encadre "l'admission exceptionnelle au séjour des personnes étrangères en situation irrégulière" pourrait être précisée. L'école y serait "sanctuarisée". Les conclusions de l'enquête pourraient être connus dans la soirée, et le gouvernement devrait s'exprimer ce week-end. Dans cette optique, Manuel Valls a décidé d'écourter sa visite aux Antilles et de rentrer à Paris avec un jour d'avance.

Valérie Trierweiler : "L'école n'est pas un lieu d'exclusion"


En attendant que l'Elysée soit plus loquace, c'est Valérie Trierweiler qui a réagi la première, en livrant son point de vue en marge d'un déplacement à Angers. "On ne franchit pas certaines frontières et la porte de l'école en est une" , a-t-elle confié à France 3, estimant que Leonarda n'était pas "responsable de ce qu'auraient pu faire ses parents" . Le père de l'adolescente est soupçonné de violences et de mensonges.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess