Infos

Alain Leroux, magistrat à Orléans : "Nous sommes constamment sur le fil du rasoir"

Par Stéphane Barbereau et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans lundi 3 octobre 2016 à 9:17

Alain Leroux, délégué régional de l'USM en Centre Val de Loire
Alain Leroux, délégué régional de l'USM en Centre Val de Loire © Radio France - Stéphane Barbereau

Le délégué régional du principal syndicat de magistrats (USM), Alain Leroux, magistrat à Orléans, dénonce un manque de moyens au sein de la Justice pour expliquer des dysfonctionnements récents.

C'était il y a deux semaines : des détenus de la prison de Saran sont relâchés faute d'avoir pu être transportés au tribunal correctionnel de Chartres pour assister à leur procès. La même semaine au tribunal correctionnel d'Orléans, une audience a pris deux heures de retard parce qu'il n'y avait pas d'escorte pour extraire les prisonniers du centre pénitentiaire de Saran et les conduire jusqu'au palais de justice.

Policiers et gendarmes n'escortent plus les détenus

L'explication à ces dysfonctionnements, c'est un changement de règles pour transférer les détenus vers le palais de justice. Jusqu'en 2010, les policiers et gendarmes étaient chargés de cette tâche, ce qui représentait 25 000 heures de travail par exemple sur l'ensemble de l'année 2014. Désormais, 18 agents de l'administration pénitentiaire effectuent ces transfèrement, ce qui est insuffisant pour Alain Leroux, délégué régional de l'Union Syndicale des Magistrats :

C'est un système qui doit se rôder et nécessite des ajustements. Tout n'est pas négatif, mais c'est difficile, nous sommes constamment sur le fil du rasoir - Alain Leroux

Selon ce magistrat, qui est par ailleurs le procureur de la République adjoint, ces dysfonctionnements n'ont pas eu de graves conséquences jusque-là : "même si nous allons frôlé des situations presque irréversibles, nous n'avons jamais eu de mise en liberté d'office. Lorsque vous convoquez quelqu'un devant un tribunal, le délais de convocation sont encadrés par la loi. Si vous n'avez pas le temps nécessaire pour reconvoquer quelqu'un qui n'a pas pu être extrait de sa cellule, forcément, le juge est obligé de le remettre en liberté et de la faire jugé par la suite non détenu".

Stabilité des effectifs de magistrats du parquet

Concernant les effectifs de magistrat du parquet, leur nombre n'a pas changé ces derniers mois : 9 personnes. C'est un minimum pour Alain Leroux :

En-dessous de 8 magistrats, c'est mission impossible. A 9 magistrats, il ne faudrait pas qu'il y ait d'absences, de maladies. Les magistrats du siège (2 juges d'instruction à Orléans) souffrent plus que nous

L'USM tiendra son congrès le week-end prochain à Dijon où se rendra François Hollande. Alain Leroux dresse donc le bilan du Président de la République dans le domaine de la Justice :

On peut saluer le fait que le budget de la Justice n'a cessé de progresser, même petitement. Nous coûtons 61€ par habitant en France, ce qui n'est pas énorme si l'on compare à une redevance télé

Réécoutez l'intégralité de l'interview d'Alain Leroux

Partager sur :