Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Famille : les 18-24 ans coûtent cher aux parents

mercredi 6 juin 2018 à 8:43 Par Pierre Emparan, France Bleu

Selon une étude de l'INSEE publiée mardi, huit parents sur dix dépensent en moyenne 3.700 euros par an pour leurs enfants entre 18 et 24 ans. Ca représente environ 8% de leur revenu.

Des adolescentes dans un café
Des adolescentes dans un café © AFP - RUSS ROHDE

Dans une étude publiée mardi, l'INSEE indique que les parents consacrent en moyenne 3.700 euros par an pour aider leurs enfants majeurs.  Les dépenses grimpent même jusqu’à 8 000 euros pour un étudiant

Dépenses alimentaires, logement, études

Dans le détail, les parents aident leurs enfants pour les études à hauteur de 420 euros par an, 200 euros pour le forfait internet, 300 euros l'abonnement transport, 180 euros pour le sport et 440 euros pour l'alimentation. Les parents avec un Tanguy à la maison s'en sortent mieux. 

En effet quand l'enfant vit encore au domicile familial, la facture se limite à 1.450 euros par an quand le jeune majeur travaille. Les plus aisés sont aussi les plus sollicités indique l'INSEE, contrairement aux couples divorcés qui donnent moins et moins souvent. La majorité des parents préfère payer directement les factures que verser une aide en liquide. 

Peu de reconnaissance et beaucoup d'ingratitude

Les jeunes adultes n'ont pas conscience que c'est un effort pour leurs parents qui consacrent en moyenne 8% de leur budget. Si les enfants semblent sous-estimer la fréquence de l'aide fournie, c'est qu'ils confondent souvent l'aide et les cadeaux.