Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les 24 Heures du Mans, paradis des photographes amateurs

-
Par , France Bleu Maine

Avec les boules quiès et les casques anti-bruit, les appareils photos sont parmi les objets les plus utilisés sur le circuit de la Sarthe. Mais réussir ses clichés n'est pas simple, même si les points de vue ne manquent pas !

Il n'y a pas d'âge pour commencer !
Il n'y a pas d'âge pour commencer ! © Radio France - Bertrand Hochet

Le Mans, France

Sur une petite butte, devant la passerelle Dunlop, Jean-Marc est très concentré pour faire la bonne photo. Lui qui vient sur le circuit des 24 Heures pour la septième fois explique : "je vise une voiture puis je la suis avec mon objectif. Dès que c'est le bon moment, je clique. Lorsqu'on suit la voiture, il est plus facile de cadrer". Outre la technique, c’est bien évidemment l’emplacement qui compte. Pour ses premières 24 Heures du Mans, Bertrand s’installe au virage du Tertre Rouge : "ici, il y a de l'action, souvent des dépassements, les voitures sont proches les unes des autres. On sait que derrière, il y a une belle ligne droite". Ce Toulonnais, perché sur une barrière, reconnaît que sur le circuit, il faut jouer des coudes : "il y a beaucoup de photographes!", constate-t-il. "Les 24 Heures, c'est complètement dingue!"   

Plus difficile depuis quelques années

Ces dernières années, il est devenu plus compliqué de faire des photos constate Thierry, qui vient sur le circuit depuis 30 ans : "la sécurité s'est renforcée, c'est bien normal mais les grillages sont de plus en plus haut". Cet habitué du circuit repère "les trous dans les grillages" pour y glisser son appareil. "Le circuit est grand (plus de 13 kilomètres, ndlr), on trouve toujours des spots", nuance l'ancien Manceau devenu Montpellierain.  

Choix de la station

France Bleu