Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Les accompagnants d'enfants atteints de handicap dénoncent leurs conditions de travail

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les AESH, accompagnants d'enfants en situation de handicap, se sont rassemblés ce samedi 17 octobre, dans l'après-midi à Dijon. Un rassemblement en signe de protestation contre la précarisation grandissante de leur profession, et pour réclamer plus de reconnaissance.

Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées place de la Libération à Dijon.
Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées place de la Libération à Dijon. © Radio France - Nourhane Mahmoudi

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées samedi 17 octobre, place de la Libération, à Dijon. Des accompagnants d'enfants en situation de handicap (AESH) se sont réunis pour dénoncer leurs conditions de travail, et réclamer plus de reconnaissance. Ils étaient accompagnés de représentants syndicaux, de professeurs et de parents d'élèves.

Une précarisation grandissante

Tout commence avec une circulaire éditée au mois de juin 2019 par le ministère de l'Education Nationale, dans le but d'une reconnaissance et valorisation du travail des AESH. Une bonne nouvelle, au premier abord, mais qui a dégénéré au fil des mois. La circulaire promettait une reconnaissance sur le temps de travail des AESH, notamment lors des tâches connexes "qui sont autres que l'accompagnement physique de l'élève, à l'école", selon Françoise Lyon, professeure des écoles et co-secrétaire de la Fédération FSU.

"Le souci c'est que cette reconnaissance n'a pas vraiment eu lieu, ici. Nous avons des AESH qui travaillent en moyenne une heure de plus hebdomadaire et par enfant, pour un même salaire" explique Françoise Lion. Les accompagnants sont contraints de cumuler plusieurs emplois pour boucler les fins de mois difficiles. 

C'est le cas Guy Vial. Il a 60 ans, et s'occupe de quatre enfants. Pas le choix, quand un seul ne suffit pas pour boucler les fins de mois. "C'est vraiment difficile, parce qu'il faut adapter les emplois du temps des quatre enfants, et ça donne des puzzles impossibles !" confie-t-il. Guy Vial est AESH depuis 8 ans maintenant, et a rejoint cette profession par conviction. "On court toute la journée entre tous les établissements... Et avec quatre enfants, on a moins de temps à leur consacrer individuellement, et impossible de leur accorder le temps qu'ils méritent" conclut-il. 

Un travail de fond impossible

Les AESH accompagnent physiquement à l'école les enfants atteints de handicap, mais ils font également du travail individuel avec eux. C'est-à-dire qu'ils revoient les leçons, refont les exercices ensemble pour favoriser l'assimilation des cours. Mais plus on a d'enfants, moins on a de temps à leur consacrer en tête à tête. 

Une inquiétude que les parents d'enfants atteints de handicap partagent. Marc Thiellet est père d'un garçon de 13 ans, atteint d'une maladie génétique rare, une maladie dont il est aussi atteint. En en tant que personne concernée, il s'inquiète des conditions de travail des AESH. "Nos enfants ne sont pas des sous-élèves. Ils ont le droit à l'éducation au même titre que n'importe qui, et si on veut réussir l'intégration de nos enfants, il faut du personnel formé, compétent et surtout considéré !" s'insurge-t-il. 

Pour lui, cette considération passe aussi par une rémunération à hauteur de leur travail. Un travail qu'ils font avec les enfants, mais aussi avec les parents. "Tous les parents n'ont pas les mêmes capacités pour épauler leurs enfants. Pour ceux qui ont ces capacités, c'est déjà difficile... Mais pour les parents qui ne les ont pas, ils ont forcément besoin d'aide, et si les AESH ne peuvent pas aller au bout des choses, on ne s'en sortira pas" conclut-il. 

Au printemps dernier, les représentants syndicaux ont pu rencontrer Fadila Khattabi, députée de la 3e circonscription de la Côte d'Or. "Elle nous a reçus, et écoutés" explique Françoise Lyon. Fadila Khattabi a rédigé une question à l'attention du Parlement, pour le moment restée sans réponse. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess