Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les actes antisémites augmentent fortement en France, la communauté juive de Seine-Maritime inquiète

mardi 12 février 2019 à 17:13 Par Flavien Groyer, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les actes antisémites ont explosé de 74% en France en 2018, c'est ce qu'a annoncé lundi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. La communauté juive de Seine-Maritime se dit inquiète même si la situation "s'est beaucoup calmée".

Des portraits de Simone Veil tagués d'une croix gammée à Paris
Des portraits de Simone Veil tagués d'une croix gammée à Paris © Maxppp - LP/Aurélie Ladet

Seine-Maritime, France

En France en 2018, 541 faits de menaces et de violences antisémites ont été constatés contre 311 en 2017. Une hausse de 74%. Christophe Castaner a annoncé ce chiffre à l'issue d'un week-end marqué par de nombreux actes antisémites. L'arbre hommage d'Ilan Halimi, ce jeune mortellement blessé en 2006 par le Gang des Barbares, a été scié à St-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne (91). Des affiches représentants le visage de Simone Veil ont également été taguées de croix gammées à Paris

"Ces chiffres ne prennent pas en compte toutes les agressions "

Chmouel Lubeki est rabbin depuis 12 ans à Rouen. Selon lui, le chiffre national de 74% ne prend pas en compte toutes les agressions notamment les insultes. Ce n'est que les actes reconnus : "On ne se déplace pas forcément à la police pour des agressions verbales pourtant c'est une grande majorité des agressions" explique-t-il. "J'ai été plusieurs fois insulté dans la rue avec mes enfants".

Les insultes nous font peur. La communauté juive est inquiète. - Chmouel Lubeki

C'est dans les grandes villes que l'antisémitisme est le plus important à Paris et à Lyon notamment "car la communauté juive y est plus importante" ajoute t-il. "Malheureusement la mémoire est courte et les gens se permettent de dire des choses qu'ils ne se permettaient pas avant". Il a été agressé verbalement très violemment et s'en souvient encore : "On m'a dit qu'ils tueraient mes enfants comme Mohammed Merah l'a fait à Toulouse"

Chmouel Lubeki n'a pas été agressé physiquement depuis un bon moment : "Je me promène avec mon habit et ma kippa et je n'ai pas eu de problèmes" mais il se souvient d'une attaque très violente dans la rue à Rouen : "J'ai reçu un coup de poing dans la figure un dimanche matin sur la rue Jeanne d'Arc, de nombreux amis également sont dans mon cas". 

La communauté juive de Seine-Maritime est inquiète

La communauté juive c'est 200 familles à Rouen, une centaine au Havre et en tout un peu plus de 500 en Seine Maritime. Fin juillet au Havre, la synagogue du Havre avait été l'objet de tags antisionistes. 

Après les attentats de l'hyper casher de janvier 2015, les lieux de cultes ont été protégés par l'armée et la police en France. La synagogue de Rouen faisait donc également parti du dispositif de sécurité. Après l'attentat de Saint Etienne du Rouvray et la mort du père Hamel, "la police ne pouvait plus nous escorter, il fallait protéger à la fois les églises, les mosquées et les synagogues, c'était difficile".

La communauté juive est inquiète de cette explosion des  actes antisémites mais se dit rassurée par la protection que la police a mise en place :  "on a des rondes autour de la synagogue, la police nous appelle avant toutes les fêtes juives, c'est vraiment rassurant de savoir que la police est derrière nous". Malgré cette protection, les annonces du Ministre de l'Intérieur ont provoqué une grande inquiétude : "Des familles m'ont dit il faut partir, c'est trop dangereux". Et tous les ans, des familles qui ne se sentent plus en sécurité partent aux Etats-Unis, en Israël ou en Angleterre. 

Chmouel Lubeki a un message pour le gouvernement : "Je lui demande de redoubler d'effort pour notre protection même s'ils font déjà beaucoup". Pour lui, tout passe également par l'éducation des jeunes enfants : "si on éduque les enfants à respecter son prochain malgré la religion alors il y aura un changement".