Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ile-de-France : les agents de la SNCF mobilisés pour faire respecter le port du masque sur les lignes N et U

-
Par , France Bleu Paris

Pour faire respecter l'obligation du port du masque, les agents de la SNCF effectuent des opérations de contrôle quotidiennes. Nous avons assisté à l'une d'elles en Ile-de-France autour de la gare de Versailles-Chantiers sur les lignes N et U.

Un agent de la SUGE (sûreté ferroviaire) en pleine opération de contrôle du port du masque en gare de Versailles-Chantiers
Un agent de la SUGE (sûreté ferroviaire) en pleine opération de contrôle du port du masque en gare de Versailles-Chantiers © Radio France - Mathilde Bouquerel

Ils sont quatre agents de la sûreté ferroviaire ce mardi 8 septembre 2020 au matin en gare de Versailles-Chantiers sur les lignes N et U du Transilien.  Ils effectuent l’une des opérations de contrôle quotidiennes du réseau, pour vérifier que tous les voyageurs portent bien le masque dans les gares et à bord des trains.  

Laissant une équipe de contrôleurs vérifier que l’obligation est respectée sur le quai, les quatre agents de la "SUGE" (Surveillance générale) montent dans un train en direction de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines sur la ligne N

A bord, il y a bien quelques voyageurs qui portent le masque uniquement sur la bouche, laissant le nez à l’air libre. Mais ils sont peu nombreux et  s’exécutent sans protester quand on leur rappelle la position correcte.  

Opération de contrôle du port du masque à bord d'un train en direction de Saint-Quentin-en-Yvelines sur la ligne N
Opération de contrôle du port du masque à bord d'un train en direction de Saint-Quentin-en-Yvelines sur la ligne N © Radio France - Mathilde Bouquerel

Le port du masque est respecté par plus de 99% des voyageurs

Les transports en commun ont été l’un des premiers lieux à imposer d’avoir le visage couvert au moment du déconfinement en mai 2020 et l’obligation est depuis bien respectée. Il faut y voir d’abord l’effet dissuasif de l’amende de 135 euros que risquent les contrevenants, mais aussi des contrôles quotidiens des agents sur les réseaux.  

"Nous avons fait des décomptes, et on a plus de 99 % des voyageurs qui portent le masque aujourd’hui", détaille Erwan Forner, directeur de l’établissement du service Transilien des lignes N et U, "Et sur notre réseau de 200.000 voyageurs par jour en moyenne, il n’y a eu que 800 verbalisations depuis le déconfinement."

Le port du masque est respecté par plus de 99% des voyageurs
Le port du masque est respecté par plus de 99% des voyageurs © Radio France - Mathilde Bouquerel

Sur l'ensemble du réseau francilien, qui compte en moyenne cinq millions de voyageurs par jour, seules 8.000 personnes ont été verbalisées depuis le mois de mai 2020.  

La verbalisation en dernier recours

Et même face aux quelques personnes qui tenteraient de voyager sans masque, la verbalisation n’est qu’un ultime recours.  

Les agents de la SNCF privilégient la pédagogie pour inciter les voyageurs au port du masque
Les agents de la SNCF privilégient la pédagogie pour inciter les voyageurs au port du masque © Radio France - Mathilde Bouquerel

"On fait surtout de la pédagogie", explique Erwan Forner, "La plupart des personnes qui n’ont pas leur masque l'ont oublié dans la précipitation pour attraper leur train et _un simple rappel des règles suffit à ce qu’elles le mettent_. Pour les autres, qui sont vraiment réfractaires au masque, nous essayons d’abord de discuter. Si cet échange ne suffit pas, alors seulement nous verbalisons."

L’amende de 135 euros peut monter jusqu’à 1.500 euros en cas de récidive sous 15 jours

Choix de la station

À venir dansDanssecondess