Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les agents des maisons de retraite en grève ce mardi contre le manque de personnel et de temps

mardi 30 janvier 2018 à 6:59 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Les personnels des maisons de retraite sont en grève unitaire ce mardi. Du jamais vu pour demander plus de personnel.

Dans une maison de retraite (illustration)
Dans une maison de retraite (illustration) © Maxppp -

Sorgues, France

Une grève nationale a lieu mardi dans les Ehpad (éablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de toute la France. C'est une  grève unitaire "inédite", du jamais vu. 

Tous les employés, des établissements publics et privés, ceux des soins à domicile, sont appelés à cesser le travail : grève d'une journée ou débrayage. En cas de forte mobilisation, les salariés seront réquisitionnés.

Manifestation à 10 heures devant la Cité administrative à Avignon ce mardi, des mobilisations sont aussi prévues à Bollène et Lapalud...

Ils demandent une meilleure rémunération et des agents plus nombreux. Ils dénoncent une réforme de la tarification qui doit se traduire par des suppressions de postes. 

Le mouvement est soutenu par des associations de directeurs. Ceux-ci évoquent des résidents de plus en plus âgés, de plus en plus malades ou souffrant de troubles du comportement (Alzheimer), alors que les budgets n'évoluent pas.

"On manque de temps", soupire Corinne Mercier, agent de service hospitalier (FO) à Sorgues. Elle aide les personnes à manger "de tout son cœur", mais pour être dans les temps, comme dans beaucoup d'établissements, il faut parfois leur donner à manger : "Le fait de tout faire à leur place, pendant le repas, la toilette, l'habillage, on ne maintient pas les quelques capacités qui restaient, on fait régresser la personne plus vite", dénonce sa collègue Arianne Bocquet à la CGT.

Elle évoque 12 à 15 toilettes par agent et par matinée, et du coup, des blessures, "tendinites, accidents du travail".

Sa collègue Corinne estime que le manque de personnel induit le manque de dialogue alors que beaucoup aimeraient pouvoir échanger : "Ce sont des humains, nos anciens, il faut qu'on s'occupe d'eux !"

"Dans certains pays, il y a un soignant pour un résident. Chez nous la moyenne nationale est à 0,6." - Arianne Bocquet, aide soignante

Des familles soutiennent le mouvement : "Le soir, mon frère ou moi, faisons manger maman, qui souffre de démence et est impotente", témoigne Roselyne Gatto. Sa maman a 96 ans. "On met trois-quarts d'heure à la faire manger. Pendant ce temps-là,  l'étage, elles sont trois pourfaire manger 17 à 19 personnes en une heure."

Jeudi, le gouvernement a annoncé 50 millions d'euros supplémentaires pour les établissements. "Une broutille", répondent les représentants de personnel.