Infos

"Les agressions de policiers de l'Essonne peuvent se produire en Sarthe" Yohann Girault du syndicat unité SGP police

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine mercredi 12 octobre 2016 à 11:21

Yohann Girault, responsable départemental du syndicat unité SCG police en Sarthe
Yohann Girault, responsable départemental du syndicat unité SCG police en Sarthe © Radio France - Christelle Caillot

VIDEO : Yohann Girault, responsable départemental du syndicat SGP police est l'invité de France Bleu Maine.

Manque de respect des policiers, manque de moyens en personnels et en équipements, Yohann Girault, responsable départemental du syndicat SGP police dresse un état des lieux alarmant de la situation des policiers en Sarthe.

La situation de l'Essonne peut se produire en Sarthe

Comme un peu partout en France, les policiers de la Sarthe ont manifesté ce mardi devant le commissariat du Mans. Pour Yohann Girault, responsable départemental du syndicat SGP police qui était l'invité de France Bleu Maine ce mercredi, "ce type de scénario peut se produire en Sarthe. La délinquance a monté en flèche et on ne fait plus face à des petites attaques ou des outrages verbaux. Maintenant, on doit faire face à des attaques bien ciblées en vers les fonctionnaires de police et l'institution. En Sarthe, ça peut arriver dans le centre-ville du Mans.

On a peur

"Il y a plusieurs situations où on a eu peur" déclare Yohann Girault. "Déjà quand vous intervenez en sous-nombre par rapport au nombre de délinquants que vous avez en face de vous, vous avez peur pour vous, pour vos collègues, et aussi pour la voiture car pour la hiérarchie, c'est très important la voiture. Il n'y a plus du tout de respect du policier. Dans la rue, les malfaiteurs, n'ont plus peur de la police, et beaucoup cherchent même l'affrontement. Quand vous faites des patrouilles de nuit dans le centre-ville du Mans, il y a des gens qui cherchent vraiment à nous pousser à bout.

Plusieurs rassemblements de policiers et pas d'avancée en terme de moyens

Entre 2008 et 2014, on a perdu 10.000 fonctionnaires de police et même avec les différents attentats et les annonces de la création de 6.000 postes, si mes calculs sont bons il en manque toujours 4.000. D'un autre côté, on nous dit, vous allez avoir du matériel mais en petite quantité et après derrière on n'a pas de structure. Au commissariat du Mans, on n'a pas de stand de tir et même dans le projet du futur commissariat, ce n'est pas sûr que l'on en ait un. Actuellement, nous sommes obligés de faire 50 km et de s'entraîner dans un stand privé à la Ferté Bernard. Aujourd'hui, il faudrait 20% d'effectifs supplémentaires. Il y a actuellement 200 policiers en Sarthe qui couvrent les communes du Mans, d'Allonnes et de Coulaines. "Sur les patrouilles de nuit, il y a seulement dix personnes, on a perdu 20% d'effectifs en dix ans alors que les actes de délinquance ont augmenté".

Partager sur :