Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les appartements et les maisons d'Indre-et-Loire sont très gourmands en énergies

-
Par , France Bleu Touraine

Selon une étude du site d'annonces immobilières Seloger.com les factures énergétiques pour les propriétaires et les locataires sont élevées en Touraine.

Image d'illustration d'une facture d'énergie
Image d'illustration d'une facture d'énergie © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

Les factures énergétiques pour les propriétaires et les locataires très élevées en Touraine. C'est le résultat d'une enquête révélée ce lundi 09 septembre par le site d’annonces immobilières SeLoger. L'indre-et-loire compte parmi les départements où l'isolation thermique et la consommation en énergie par logement et par an sont les plus importants en France. 

Une enquête qui se base sur les DPE, les diagnostic de performance énergétiques. Ils sont obligatoires pour tout logement depuis 2007 et ils classent les habitations de A à G en fonction de leur consommation. A pour les plus performants et G pour les plus gourmands en énergies. 

Toulon arrive en tête des villes les moins énergivores avec 145 kWh/m² et par an en moyenne par logement. Elle arrive devant Montpellier et Toulouse. Tout en bas du classement on trouve des villes comme Amiens ou Rouen (223 kWh/m²) et Paris (242 kWh/m²).  

Tours est en bas du classement avec 206 kWh/m² par an et par logement en moyenne. 

Trop de "passoires thermiques" en Touraine

Selon Vincent Briand, le président délégué de la Fédération nationale de l’immobilier du département, la FNAIM 37, "on vend souvent des logements qui sont considérés comme des "passoires thermiques". Des logements qui sont classés en F voire en G", constate-t-il. 

Selon lui, cela vient d'abord du nombre trop faible de constructions de logements neufs en Indre-et-Loire et à Tours. 

Les logements des années 60/70 les plus énergivores

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas les maisons du XIXe siècle qui consomment le plus d'énergies. "Les maisons et les appartements construits dans les années 60 et 70 sont les pires. C'est une époque où l'on a construit en quantité importante et où on n'avait pas ces enjeux énergétiques" analyse Vincent Briand. 

Mais aujourd'hui le diagnostic de performance énergétiques est bien souvent déterminant pour le prix d'un bien et améliorer l'isolation et la consommation de son logement a un coût parfois difficile a assumer pour les propriétaires selon Jean-Michel Coquema, membre de l'Union Nationale de la  Propriété Immobilière 37. 

"Ce sont des investissements très importants que souvent les propriétaires n'ont pas les moyens de faire !" Jean-Michel Coquema, Union Nationale de la  Propriété Immobilière 37

Selon, Vincent Briand "il y a une grosse action qui doit être réalisée au niveau local pour inciter les propriétaires à rénover leurs logements"

Une loi pour inciter les Français à rénover énergétiquement leurs logements, la loi Énergie Climat est en ce moment à l'examen et devrait entrer en vigueur dans les prochains mois

Choix de la station

France Bleu