Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les arboriculteurs des Pyrénées-Orientales se sentent oubliés par l'Union Européenne

mercredi 20 août 2014 à 10:42 Par Charlotte Coutard, France Bleu Roussillon

L'Union Européenne a annoncé le déblocage de 125 millions d'euros, pour venir en aide aux maraîchers victimes de l'embargo russe sur les produits agroalimentaires Européens. Insuffisant pour les arboriculteurs des Pyrénées-Orientales qui demandent un véritable coup de pouce pour leur secteur.

Action des arboriculteurs des Pyrénées-Orientales au péage de Perpignan-Sud
Action des arboriculteurs des Pyrénées-Orientales au péage de Perpignan-Sud © Charlotte Coutard / Radio France

125 millions d'euros : c'est la somme débloquée par l'Union Européenne pour aider les maraîchers, victimes de l'embargo russe sur les produits agroalimentaires Européens. 125 millions d'euors pour les producteurs de choux-fleurs, de carottes, de tomates ou encore de cornichons .Les arboriculteurs des Pyrénées-Orientales, eux, ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Vont-ils avoir droit à une partie de cette somme ou non ?

Mais de toutes façons, ces aides sont totalement dérisoires pour Yves Aris, le président de la FDSEA des Pyrénées-Orientales. Une fois cette aide répartie entre les différents pays de l'Union Européenne, entre les différents secteurs agricoles, il ne restera plus grand chose pour les arboriculteurs des Pyrénées-Orientales, victimes de l'embargo russe mais aussi de la concurrence des produits en provenance d'Espagne.

7H - Fruits UE / Aris 1

"Il n'y a rien de neuf, ils ont rajouté des produits sur la liste de ceux qui pourraient être aidés, donc il n'y a pas un centime de plus pour la profession. Je suis dégouté. On voit bien que l'administration locale et que les politiques locaux sont bien conscients de nos difficultés. Mais les réponses Européennes ne sont pas à la hauteur de ce que nous sommes en train de vivre".

8H - Fruits UE / Aris 2

"En plaisantant, on disait : si ces 125 millions d'euros sont pour le département, c'est magnifique ! Mais au niveau Européen ce sera complètement dilué . Il y a des pays qui ont déjà postulé pour obtenir une partie de cette enveloppe, la Pologne, les Pays Baltes, l'Espagne. Donc ce ne sera pas une grosse surprise s'il n'y a qu'une poignée de ces millions qui atterrissent en France, complètement dilués entre les différents producteurs de fruits et légumes."

"On vit une campagne assez misérable à cause d'un contexte géopolitique que l'on n'a pas choisi. On a besoin d'une prise de conscience politique et d'un accompagnement pour nous aider à surmonter ces difficultés supplémentaires, dans une période déjà compliquée. Si on ne trouve pas des solutions très vite, les mois de septembre et octobre risquent d'être des mois assez noirs , avec des exploitations en très grandes difficultés. "

Les pêches espagnoles déversées par les producteurs français - Radio France
Les pêches espagnoles déversées par les producteurs français © Radio France