Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Charles Aznavour : les arméniens en Sarthe lui rendent un dernier hommage

samedi 6 octobre 2018 à 18:39 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Maine

Une quarantaine de personnes s'est rassemblée à Coulaines samedi après-midi, devant la stèle du génocide, pour une cérémonie en hommage à Charles Aznavour.

Quelques bougies et des bouquets de fleurs ont été déposés en hommage à l'artiste
Quelques bougies et des bouquets de fleurs ont été déposés en hommage à l'artiste © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Coulaines, France

Ils sont une quarantaine à s'être rassemblés devant la stèle du génocide à Coulaines en mémoire à Charles Aznavour. Son portrait a été placé près du monument, des bougies posées à terre avec le numéro 94 inscrit dessus, comme l'âge du chanteur. 

Au son de La Bohème, les représentants de l'association ArMaine ainsi que le maire de Coulaines, Christophe Rouillon, ont salué l'engagement de l'artiste. "Aznavour était universel et a envahi nos vies car il avait les mots justes, lance Christophe Rouillon. Il parlait du tout dans ses chansons, y compris du génocide arménien de 1915". 

Un symbole d'intégration

"Nous le regrettons d'abord en tant que chanteur, mais aussi pour tout ce qu'il a fait pour l'Arménie", explique Youri Koutoyants, président de l'association ArMaine, qui regroupe la communauté arménienne. "Avec les immigrés comme lui, la France devient plus forte", ajoute-t-il. 

Un sentiment partagé par le maire Christophe Rouillon : "c'est un symbole d'intégration, il est arrivé en France avec ses parents réfugiés, avant de devenir l'un des plus grands défenseurs de la langue française".