Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les associations locales s'opposent à la démolition du presbytère de Saint-André-de-Sangonis

-
Par , France Bleu Hérault

Un projet de démolition du presbytère, du jardin, et du rempart médiéval est à l'étude par la municipalité de Saint-André-de-Sangonis. L'objectif est de créer à la place des logements sociaux et une potentielle salle municipale. Quatre associations locales dénoncent la perte d'identité du village.

Le jardin, le presbytère, et le rempart médiéval sont menacés de démolition
Le jardin, le presbytère, et le rempart médiéval sont menacés de démolition © Radio France - Jordan Proisy

Le presbytère de Saint-André-de-Sangonis va t'il vivre ses derniers instants ? La municipalité étudie la possibilité de démolir l'endroit, constitué d'un jardin, ainsi que le rempart médiéval à côté, pour construire des logements sociaux et une salle municipale. Associations de patrimoine, de protection de l'environnement et de défense des animaux s'opposent à ce projet. Ils dénoncent les risques, et souhaitent conserver l'identité du vieux centre ville. 

Pour l'instant, les informations ne sont pas réellement rendues publiques. Riverains et associations n'ont eu aucune discussion avec la mairie ou la communauté de communes, et aucun dossier n'a été délivré pour expliquer plus en détail le projet. 

Alix Audurier, présidente d'Artopos, l'association de défense du patrimoine, craint une transformation trop radicale du vieux centre ville. Elle souhaite conserver l'histoire et la beauté du presbytère, ainsi que de son parc de plus de 1000 m2. "C'est le seul jardin du centre ! Les jeunes et plus âgés viennent s’asseoir ici sur les bancs, se reposer, ou pour se mettre à l'ombre". 

La conservation du tissu urbain est au centre du débat, mais pas que. Les autres associations locales mettent en avant les risques environnementales, et pour les animaux. 

Le parc est en effet l'hôte de plusieurs animaux en voie de disparition. Faucons crécerelles, grands-ducs et des colonies de pipistrelles sont ainsi répertoriés dans le jardin. En cas de démolition, ces oiseaux pourraient être amenés à disparaître définitivement. 

De plus, le village est sur un réseau d'eau souterraine très important. Hubert Debon, membre de l'association de protection de l'environnement, s'inquiète de potentielles inondations en cas de reconstruction au même endroit. "Il y a des rivières en dessous, y'a eu des inondations, y'a longtemps, mais ça peut réapparaître. Il faudrait qu'ils se posent la question de pourquoi on a laissé un jardin à ce niveau-là au milieu d'un bâti".

De grands et anciens arbres sont habités par des oiseaux en voie de disparition dans le jardin du presbytère
De grands et anciens arbres sont habités par des oiseaux en voie de disparition dans le jardin du presbytère © Radio France - Jordan Proisy

Une réhabilitation plutôt qu'une démolition

En décembre dernier, un Plan Locale d'Urbanisme (PLU) a été voté. Ce dernier avait notamment décidé que le jardin du presbytère était considéré comme un espace vert à protéger. Depuis la donne aurait alors évolué, mais les informations restent contradictoires

Une pétition a été lancée et elle récolte à l'heure actuelle plus de 500 signatures. Les associations réclament alors une réflexion avec la mairie et la communauté de communes pour préserver les lieux. 

La municipalité justifie ce projet par la vétusté des îlots.  Un argument contredit par l'association Atropos. "On a fait appel à un architecte du patrimoine et il nous a dit qu'il y avait un certain nombre d’éléments qui porteraient plutôt à privilégier une réhabilitation".

Dans l'idéal, les associations souhaiteraient que le presbytère soit réhabilité avec requalification des fonctions de ce bâtiment historique, pour accueillir des services publics. Pour l'instant, aucun rendez-vous n'est fixé avec la mairie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess