Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les associations stéphanoises ne veulent pas différencier migrants économiques et migrants politiques

samedi 7 novembre 2015 à 17:02 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Plus d'une centaine de personnes étaient rassemblés hier après midi à Saint-Étienne, place Jean Jaurès pour soutenir la cause des migrants et demander à la Prefecture d'inclure les associations dans les discussions sur l'accueil des réfugiés.

Le rassemblement de migrants Place Jean Jaurès
Le rassemblement de migrants Place Jean Jaurès © Radio France - David Valverde

 La question des migrants qui est on ne peut plus d'actualité depuis plusieurs semaines alors que la France s'apprête à accueillir 24 000 réfugiés qui fuient leur pays en guerre. C'est notamment le cas d'une famille syrienne arrivée à Montbrison. A cette actualité s'ajoute celle des migrants issus de la jungle de Calais. Une trentaine d'entre eux sont d'ailleurs arrivés dans la Loire cette semaine. Des migrants économiques que l'on peut distingués des migrants politiques ou religieux. Le collectif "Pour que personne ne dorme à la rue", qui regroupe 20 associations, ne veut pas faire cette distinction, il le dit par la voix de son responsable, Jean-François Peyrard : "Il y a des pays en grande détresse, la Syrie, l'Irak, le Soudan. Quid d'autres pays qui ne sont peut-être pas en en guerre, mais qui vivent les séquelles d'une guerre, comme le kosovo, l'Albanie et des pays africains ? Donc migrants économique c'est un peu facile pour enrober le tout. Cela mérite d'aller au-delà de la simple approche de base."

Jean-Fraçois Peyrard, responsable du collectif