Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les aventures de Milou, un labrador aidant en Ehpad

mercredi 30 mai 2018 à 6:07 Par Adrien Toffolet, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

De nombreux établissements adoptent des animaux pour jouer les médiateurs avec les résidents, créer du lien et faire travailler la mémoire. C'est le cas de Milou, qui a intégré l'Ehpad Lecallier-Leriche de Caudebec-lès-Elbeuf en Seine-Maritime.

Séance de calinothérapie entre le chien et les résidents
Séance de calinothérapie entre le chien et les résidents © Radio France - Adrien Toffolet

Caudebec-lès-Elbeuf, France

Des résidents assis à des tables, dans la salle commune de l'Ehpad Lecallier-Leriche de Caudebec-lès-Elbeuf en Seine-Maritime. On discute, on grignote un morceau, on fait des mots croisés dans un calme routinier jusqu'au moment où Milou arrive. Denise attendait son arrivée depuis le hall, elle l'accompagne en le caressant jusqu'au lieu des activités. "Il est très beau et gentil", raconte Denise, "je l'aime bien, il est affectueux."

Papouilles et calinothérapie

Quand le chien passe la porte de la salle, les visages s'illuminent, les sourires s'affichent, même chez les plus solitaires. Au programme aujourd'hui : brossage du poil de la bête et, au passage, séance de papouilles et de "calinothérapie".

Tour à tour, les résidents se passent la brosse pour avoir leur moment avec l'animal. Même Vincente, restée à l'écart des activités, a passé du bon temps à regarder la séance. "Ça redonne de la vie à tout le monde parce que le chien c'est comme un humain et Milou, c'est un chien adorable".

Comme à la maison

Recréer des instants de vie, ou d'une ancienne vie en dehors de l'Ehpad, c'est justement l'un des objectifs de ce projet. Faire entrer un animal dans la structure s'est imposé comme une évidence pour Anne Sophie Fourrier, la directrice de l'Ehpad : "une grande majorité des résidents avait un animal de compagnie, mais ça se termine avec l'entrée en structure. On ne peut pas accueillir tous les animaux de compagnie. Mais pourquoi y aurait-il obligatoirement cette cassure, plus rien ? Donc là Milou est arrivé, avant ça on avait un chat. L'idée c'est que ce soit comme à la maison, qu'il y ait de la vie en fait !

L'arrivée d'un animal en établissement permet également de mettre en place des approches moins médicales, non médicamenteuses. C'est pourquoi les deux référentes de Milou font partie des équipes de l'Ehpad.

Florence Vieublé est responsable du service animation : "on fait passer le chien dans les cerceaux de couleurs, ça fait travailler la mobilisation des résidents et leur mémoire. En plus, ça permet d'amener des discussions autour des activités. Et puis, on fait beaucoup de sorties dans le parc avec une double laisse : le résident a la plus grande laisse et promène le chien, et nous nous sommes derrière avec une 2ème laisse en sécurité."

Bilan positif de l'expérience

Florence Vieublé voit bien l'effet positif de sa présence sur les résidents. "L'un d'eux, précise t-elle, jusqu'avant l'arrivée du chien, ne disait que deux mots. Il va le promener quasiment tous les jours avec nous dans le parc parce qu'il est très demandeur. Et maintenant il est capable de nous faire une phrase complète, en lien avec le chien. C'est bluffant !"

Même constat pour la psychologue et 2ème référente, Fabienne Bricheux. Milou a créé du lien social, il est une vraie source de motivation pour les résidents et fait travailler la mémoire. "Ça fait parler les souvenirs, tout simplement. C'est le travail de réminiscence : parler des souvenirs, parler de l'histoire de la personne, et puis ça fait échanger avec les autres sur le passé, les animaux qu'on a eu, la vie qu'on a eu."