Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les avocats du barreau de Laval vont entamer leur septième semaine de grève contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Mayenne

Les avocats du barreau de Laval sont en grève contre la réforme des retraites depuis le 6 janvier dernier. Ils ont voté la poursuite de la grève pour une septième semaine consécutive, jusqu'au 25 février. Des dizaines de dossiers sont renvoyés à des dates ultérieures.

Maître Nicolas Dirickx, bâtonnier du barreau de Laval.
Maître Nicolas Dirickx, bâtonnier du barreau de Laval. © Radio France - Charlotte Coutard

Les avocats du barreau de Laval reconduisent leur grève jusqu'au mardi 25 février, 8h. Ils ont voté la poursuite du mouvement ce vendredi midi, 27 voix pour sur 33 votants. Les avocats mayennais vont donc entamer ce lundi leur septième semaine de grève pour protester contre la réforme des retraites. Ils veulent conserver leur régime de retraite autonome qui s'auto-finance actuellement, et craignent un doublement de leurs cotisations. 

Maître Nicolas Dirickx, bâtonnier du barreau de Laval, le représentant des avocats mayennais, reconnaît que cette grève a et aura des conséquences sur le fonctionnement du palais du justice de Laval.

  • Les avocats mayennais ont voté la poursuite de la grève dure, ils sont donc plus que jamais déterminés ?

Les avocats sont parfaitement et durablement déterminés pour s'opposer à cette réforme des retraites. Mais au delà de cette réforme je crois que les confrères prennent aussi cette occasion pour manifester leur mécontentement vis à vis de nos dirigeants, pour exprimer qu'ils en ont ras le bol de ce manque de considération qui existe depuis deux ans et demi. Pour exprimer également qu'ils déplorent les moyens qui sont donnés à la justice pour s'exercer. Ça peut paraître contradictoire avec notre système de grève, c'est vrai, car on repousse des dossiers, c'est compliqué pour les magistrats, les greffiers, les procureurs. Mais notre mouvement n'est pas dirigé contre eux. 

Maître Nicolas Dirickx

  • Vous avez conscience que, quand la grève va prendre fin, il y aura encore plus de difficultés ?

Oui il y aura encore plus de difficultés, on le sait. Notre grève n'est pas contre les magistrats. On nous a prévenu, il n'y aura pas d'audiences supplémentaires, on ne pourra pas travailler plus, on est déjà au maximum. Les conséquences on les connaît, on les assumera.

  • Vous avez voté la grève dure, cela signifie que des demandes de renvoi sont formulées pour tous les dossiers. Malgré tout certaines affaires, les plus urgentes, sont jugées ?

Oui il n'y a pas d'opposition du barreau à ces dossiers qui ont été retenus, on comprend. Encore une fois on n'est pas dans l'opposition à nos magistrats. Quand un magistrat nous dit qu'il ne peut pas faire autrement que de retenir ce dossier, on l'accepte et dans ces cas là on se tient debout à côté de nos clients. Parce que notre mouvement de grève n'est pas non plus contre les justiciables. Et puis, je vous le dis franchement, ça fait du bien de plaider parce que sur un plan financier c'est extrêmement dur pour nous, on met en péril nos cabinets. Sur un plan psychologique, c'est aussi très dur, c'est un crève cœur de ne plus aller en salle d'audience.

  • Des cabinets d'avocats risquent-ils de mettre la clef sous la porte en Mayenne ?

Certains cabinets sont menacés aujourd'hui par cette grève, notamment les jeunes confrères. Mais ils continuent de voter la grève car ils estiment que si cette réforme des retraites passe, leur cabinet ne survivra pas. De la même manière qu'ils en ont marre de la manière dont on est considérés, de voir les conditions dans lesquelles travaillent les magistrats, les greffiers, les procureurs. 

  • Cette grève et ce manque de communication entre le gouvernement et les avocats vont laisser des traces ?

Oui mais c'est surtout lié au fait que pendant des mois voire des années, ce gouvernement n'a eu aucune considération pour la profession d'avocat. C'est la première fois que l'on connaît ça, et cette grève des barreaux français est historique.

  • Jusqu'où irez-vous ?

La question n'est plus de savoir si on aura gain de cause, moi ce que j'appelle de mes vœux c'est une solution qui puisse convenir à tout le monde. Avec cette réforme des retraites, bon nombre des cabinets ne pourront plus exercer, et le justiciable va se retrouver face à un manque d'avocats. On parle des déserts médicaux, cette réforme va créer des déserts d'avocats.

Les avocats du barreau de Laval se réuniront de nouveau en assemblée générale le lundi 24 février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu